/news/society
Navigation

[PHOTOS] Collision en basse-ville de Québec: une survivante n’en veut pas au conducteur

L’étudiante de 23 ans préfère mettre ses énergies dans son rétablissement

Marjorie Parenteau-Thibault a échappé à la mort lorsqu’un véhicule a heurté la cafétéria où elle se trouvait, le 22 mai, à l’édifice Kaméléon, sur le boulevard Charest, à Québec.
Photo Jean-François Desgagnés Marjorie Parenteau-Thibault a échappé à la mort lorsqu’un véhicule a heurté la cafétéria où elle se trouvait, le 22 mai, à l’édifice Kaméléon, sur le boulevard Charest, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Une étudiante de 23 ans qui a survécu à la collision dramatique du 22 mai sur le boulevard Charest n’entretient aucune rancune contre le conducteur impliqué bien qu’elle en porte encore aujourd’hui des séquelles.

« J’ai décidé d’avoir une optique plus optimiste », explique Marjorie Parenteau-Thibault, qui a échappé de peu à la mort lorsqu’un véhicule utilitaire sport a heurté la cafétéria où elle se trouvait, avant de prendre feu, au pied de l’édifice Kaméléon.

L’étudiante en génie des eaux à l’Université Laval, qui effectuait un stage dans une entreprise logeant dans l’espace de travail collaboratif La station, n’en garde cependant presque aucun souvenir.

« Je suis amnésique. J’ai des flashs un peu, comme on dit, mais je n’ai aucun souvenir de son ou d’explosion », partage-t-elle.

« Grâce à des aides incroyables, j’ai pu être sortie avant que les flammes s’emparent de l’immeuble », a-t-elle raconté avec aplomb devant une cinquantaine de membres de la communauté entrepreneuriale de Québec, hier, au lancement d’une campagne de sociofinancement pour venir en aide aux dizaines de travailleurs qui ont perdu leur bureau.

Marjorie Parenteau-Thibault a échappé à la mort lorsqu’un véhicule a heurté la cafétéria où elle se trouvait, le 22 mai, à l’édifice Kaméléon, sur le boulevard Charest, à Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

Multiples blessures

Le véhicule du conducteur a éventré le rez-de-chaussée du bâtiment.
Photo Jean-François Racine
Le véhicule du conducteur a éventré le rez-de-chaussée du bâtiment.

Parmi la douzaine de personnes transportées à l’hôpital pour des blessures qui heureusement ne menaçaient aucune vie, Marjorie Parenteau-Thibault était l’une des plus mal en point.

Des lésions témoignent d’ailleurs toujours de l’impact sur son visage, mais elle ne pense pas en garder des séquelles permanentes.

Selon les médecins, elle a subi un traumatisme crânien léger. On l’a soignée pendant six jours notamment pour deux omoplates fracturées et une vertèbre déplacée. Elle sera absente du travail encore plusieurs semaines.

Pourtant, la jeune femme refuse d’entretenir de la colère contre le conducteur de 47 ans qui aurait causé la collision, confie-t-elle en entrevue avec Le Journal.

« Chercher des réponses immédiates, c’est une perte d’énergie à ce point-ci. Je préfère de loin mettre mon énergie sur ma convalescence et pour être avec mes proches », dit la jeune femme, un sentiment qui était partagé par plusieurs de ses collègues vendredi.

Marjorie Parenteau-Thibault a échappé à la mort lorsqu’un véhicule a heurté la cafétéria où elle se trouvait, le 22 mai, à l’édifice Kaméléon, sur le boulevard Charest, à Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

Campagne de financement

L’activité a permis d’annoncer la tenue d’une campagne de financement, via la plateforme La Ruche, dont l’objectif est de recueillir 30 000 $ en dons. L’organisme occupait justement un local dans l’édifice. La reconstruction pourrait prendre de quatre à six mois.

« Ce sont des travailleurs autonomes et c’est leur vie qui vient de basculer. Certains n’ont pas repris le travail depuis, d’autres ont perdu des ordinateurs, des données. L’entièreté des sommes va servir à combler ce qui ne peut être remplacé par les assurances », explique Aina Rakotoarinivo, directeur général du Fonds d’emprunt Québec.

Plus d’une semaine après les faits, la police de Québec n’a procédé à aucune arrestation.

Les hypothèses d’un malaise du conducteur ou de l’infraction criminelle sont toujours sur la table.

Marjorie Parenteau-Thibault a échappé à la mort lorsqu’un véhicule a heurté la cafétéria où elle se trouvait, le 22 mai, à l’édifice Kaméléon, sur le boulevard Charest, à Québec.
Photo Jean-François Desgagnés
Marjorie Parenteau-Thibault a échappé à la mort lorsqu’un véhicule a heurté la cafétéria où elle se trouvait, le 22 mai, à l’édifice Kaméléon, sur le boulevard Charest, à Québec.
Photo Jean-François Desgagnés
Marjorie Parenteau-Thibault a échappé à la mort lorsqu’un véhicule a heurté la cafétéria où elle se trouvait, le 22 mai, à l’édifice Kaméléon, sur le boulevard Charest, à Québec.
Photo Agence QMI, Guy Martel