/news/consumer
Navigation

Demande de recours collectif contre Kia

Les toits ouvrants de plusieurs modèles «éclatent»

Coup d'oeil sur cet article

Une dame de Lévis affirmant qu’un défaut de conception cause l’éclatement des toits ouvrants panoramiques de plusieurs modèles Kia depuis 2011 demande l’autorisation au tribunal de déposer un recours collectif de 1 million $.

Propriétaire d’un Kia Sportage 2016, Marina Roy affirme avoir plusieurs problèmes avec le toit ouvrant panoramique de son véhicule depuis l’achat.

Ce « vice caché » l’aurait ainsi empêchée de jouir pleinement de son véhicule.

Peinture de céramique

Selon la demande de recours collectif de Mme Roy déposée par le cabinet d’avocats Siskinds, Desmeules, avocats, « l’éclatement spontané » du toit « met la sécurité des conducteurs et des passagers en danger [sic] ».

Selon le document, c’est la peinture de céramique appliquée sur le verre du toit ouvrant qui entraîne les bris. Le recours collectif vise Kia Canada, mais aussi la maison mère basée en Corée du Sud.

Une enquête sur le sujet a été enclenchée aux États-Unis en 2013. Kia aurait déjà reconnu ce type de bris concernant le modèle Sorento, alors que 10 000 véhicules avaient été rappelés en mars 2016 pour cette raison.

« Option luxueuse »

Malgré la dénonciation de ce problème, Kia « a continué à [sic] mettre les membres du groupe [les futurs adhérents au recours] à risque en continuant à leur vendre sans avertissement les véhicules visés », indique le document déposé au palais de justice de Québec.

Les toits ouvrants panoramiques sont vendus comme « une option luxueuse ».

La demande de recours collectif vise les modèles Sorento, Optima, Sportage, Soul et Cadenza construit entre 2011 et 2019.


► Une somme de 1 million $ est exigée comme dommage punitif.