/world/usa
Navigation

[EN IMAGES] Disneyland ouvre enfin au public son parc Star Wars

Coup d'oeil sur cet article

Des centaines d’admirateurs ont attendu avec impatience, vendredi matin, l’ouverture des portes du parc Disneyland d’Anaheim, en Californie, pour pouvoir découvrir les attractions de l’univers Star Wars qu’ils espéraient, et ce, depuis des décennies pour certains.

«On espère tout voir de Star Wars. Voir les extra-terrestres, les différentes espèces, les Stormtroopers, tout. On veut tout voir», lance à l’AFP une visiteuse, Stephanie Kaniwa, vêtue, comme beaucoup d’autres, d’un t-shirt évoquant ses films favoris.

D’un coût de 1 G$ et d’une superficie de 5,5 hectares, l’espace Star Wars: Galaxy’s Edge, inauguré vendredi, transporte les visiteurs sur la lointaine planète Batuu, dans un repaire de contrebandiers aux bâtiments ornés de dômes et de coupoles baptisé Black Spire Outpost.

Jusqu’au 23 juin, les nouvelles attractions du parc historique de Disney ne sont accessibles que sur réservations, qui se sont arrachées en moins de deux heures après leur mise en ligne. 

«Ça a été très difficile d’avoir des billets. J’avais quatre ordinateurs connectés en même temps pour essayer d’avoir des réservations. Finalement, ça a marché, et je suis trop content de venir ici aujourd’hui!», s’enthousiasme encore Miguel Langarica, qui arbore un sweat-shirt avec le célèbre druide R2-D2 et la princesse Leia.

Star Wars: Galaxy’s Edge propose pour l’instant une attraction majeure, intitulée Millennium Falcon: Smugglers Run, qui permet de prendre les commandes du célèbre vaisseau spatial de Han Solo. Une seconde, Rise of the Resistance, plongera les visiteurs au cœur d’une bataille contre le Premier ordre, mais ouvrira plus tard en 2019.

En attendant, les milliers de visiteurs peuvent traîner dans les restaurants et les nombreuses boutiques, qui proposent par exemple des peluches de créatures extra-terrestres, des droïdes ou des sabres laser à assembler soi-même (à partir de 199$).

«Ils veulent gagner beaucoup d’argent, et ils en gagnent. Ils veulent aussi réaliser le rêve des gens. Ici, vous trouvez toutes les générations, des gens de 40, 50 ans qui attendent ce parc depuis longtemps, et qui, maintenant, peuvent faire partie de l’univers», résume, philosophe, Joe Kaniwa, avant de s’engouffrer dans Disneyland, son ticket à 149$ à la main.

S’il leur reste quelques crédits galactiques à la fin des quatre heures imparties dans le nouvel espace (ils peuvent librement profiter du reste du parc), les visiteurs peuvent se désaltérer dans une «cantina» rappelant celle du premier opus de la saga, sorti sur les écrans en 1977.

Pour la première fois dans l’histoire de Disneyland, un établissement ouvert au public sert des boissons alcoolisées, comme la bière White Wampa (13 dollars la pinte), en plus de laits colorés en bleu ou en vert.

Disney World, à Orlando, en Floride, lancera sa propre version du Galaxy’s Edge à partir du 29 août.      

En 2012, Disney a racheté pour 4 G$ Lucasfilm, la société de production de George Lucas, créateur de La Guerre des étoiles et de son univers.