/entertainment/celebrities
Navigation

Le Québec avant la France

TAPIS-ROUGE-DU-FILM-DE-MONIA-CHOKRI
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Anne-Élisabeth Bossé

Coup d'oeil sur cet article

Malgré un accueil des plus chaleureux de la part des médias français pour sa performance dans le film La sœur de mon frère, Anne-Élisabeth Bossé ne s’attend pas à faire carrière de l’autre côté de l’Atlantique. Du moins, pas pour le moment.

« Ce n’est pas quelque chose qui va cogner à ma porte. Je crois que c’est quelque chose qu’il faudrait que je fasse. Je vais prendre le temps de décanter. Je verrai après », explique la comédienne, rencontrée lors de la première du film au Théâtre Outremont, jeudi.

Il faut dire qu’elle sera particulièrement occupée ici, au Québec, cette année. On annonçait plus tôt cette semaine qu’elle sera de la distribution du prochain Bye bye, aux côtés des nouvelles recrues Julie Le Breton, Mehdi Bousaidan et Guylaine Tremblay. Pour l’instant, l’excitation est plus grande que l’anxiété face à ce nouveau défi.

« Je ne suis pas stressée encore, je crois que ça va venir plus tard. C’est une pression qui est partagée sur plusieurs épaules : les auteurs, les réalisateurs... Nous les comédiens, on est au bout de la chaîne du stress, à mon avis. Il faut rendre honneur à ce qui est écrit et réalisé. Je garantis que je vais travailler fort », promet-elle.