/news/currentevents
Navigation

Michel Cadotte accepte sa condamnation

L’homme de 58 ans espère reconstruire des liens avec la famille de sa femme lors de son incarcération

Michel Cadotte accepte sa condamnation
Photo d’archives, Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

De la prison de Bordeaux où il avoue craindre d’être pris à partie par d’autres détenus, Michel Cadotte a confié accepter son sort au surlendemain de sa condamnation pour avoir tué sa femme. 

« Je méritais cette sentence, parce que j’ai commis un geste qui n’est pas acceptable », explique Cadotte en entrevue exclusive au Journal, de l’infirmerie du centre de détention de Montréal. 

Depuis mardi, le Montréalais de 58 ans est détenu à la prison de Bordeaux, où il doit purger une peine de deux ans moins un jour d’incarcération pour l’homicide involontaire de son épouse Jocelyne Lizotte, le 20 février 2017. 

La femme de 60 ans souffrait de la maladie d’Alzheimer, qui était à un stade avancé. Après neuf années à prendre soin de « l’amour de [sa] vie » au détriment de sa propre santé, Cadotte, qui était en dépression, l’a tuée en l’étouffant avec un oreiller au CHSLD où elle résidait. 

Pas d’aide à mourir 

Un an plus tôt, Mme Lizotte s’était fait refuser l’aide médicale à mourir, ce qu’avait accepté Cadotte, malgré sa déception. 

« J’aurais pu partir [après l’homicide], il n’y aurait peut-être pas eu d’autopsie, mais je suis resté parce que sinon, j’aurais été incapable de vivre avec ma conscience », affirme-t-il, même si cela l’a mené à la prison. 

Si des détenus comprennent sa situation, d’autres pourraient vouloir s’en prendre physiquement à lui, estime-t-il. Pour le moment, il séjourne à l’infirmerie, mais il sera éventuellement transféré parmi la « population générale ». 

« De toute façon, je suis dans une prison psychologique depuis 10 ans, depuis que j’avais promis à ma femme de ne pas la placer en CHSLD. Ça me fait peur, mais je suis prêt à accepter s’il m’arrive de quoi en prison. » 

Deuil 

Michel Cadotte compte laisser à d’autres le combat pour améliorer les conditions de vie dans les CHSLD, mais il assure qu’il ne restera pas inactif durant son incarcération. Il veut utiliser ce temps pour amorcer son deuil et étudier. 

« Quand je pense à ma femme, j’ai encore les larmes aux yeux, dit-il la voix enrouée. Le premier livre que j’ai été chercher [à la bibliothèque de la prison] s’appelle 100 façons d’apprendre à faire son deuil. » 

Cadotte espère aussi qu’il pourra continuer à rétablir les liens avec la famille Lizotte, avec qui il n’a pas pu parler pendant les procédures. 

« Il y avait des interdits de contacts, mais des proches pensaient que je les avais laissé tomber, ç’a créé des frictions, dit-il. Mais depuis le verdict, les liens se recréent. Certains désiraient que je n’aille pas en prison. J’ai eu de très bonnes conversations avec certains, qui comprennent mieux maintenant. » 

Et quand il sortira de prison, que ce soit au sixième ou au tiers de sa peine, il compte trouver un travail, voir sa psychologue, mais surtout se rendre sur la tombe de sa femme, conclut-il. 

Le gouvernement doit agir, selon lui 

Même s’il s’est dit résigné face à sa sentence, Michel Cadotte espère que son histoire ne tombera pas dans l’oubli et que le gouvernement agira pour que d’autres aidants naturels ne finissent pas eux aussi par tuer un être cher. 

Le procès du Montréalais, hautement médiatisé, a permis de mettre en lumière la détresse des proches aidants souvent laissés à eux-mêmes. 

« Pendant le processus judiciaire, j’ai appris qu’il y avait des organismes qui viennent en aide aux aidants naturels, explique Cadotte. Ils ne sont pas connus alors qu’ils devraient l’être, ils sont là pour donner du support à ceux qui en ont besoin. » 

Aux plaidoiries sur la peine, une représentante du Regroupement des aidants naturels du Québec avait d’ailleurs témoigné pour parler des défis auxquels ils font face. 

« Être aidant naturel, ça entraîne de la solitude, de l’épuisement, de la frustration, de la culpabilité, tout ça lorsqu’on prend soin de la personne seulement deux heures par semaine », avait expliqué Mélanie Perroux. 

Inapte à l’aide à mourir 

Il a aussi été question de l’aide médicale à mourir pour les personnes qui ne sont plus aptes à consentir, comme le cas de Jocelyne Lizotte un an avant sa mort. Mais pour Cadotte, cet aspect était secondaire, puisqu’il avait essuyé un refus, et qu’il l’avait accepté. 

L’autre enjeu social omniprésent lors du procès a été la surcharge de travail des préposés aux bénéficiaires, souvent débordés malgré tous leurs efforts et leur bonne volonté. 

Quand les employés « réguliers » ne sont pas là, les suppléants ne sont pas toujours assez informés des cas parfois lourds auxquels ils doivent faire face, avait-il été dit lors des témoignages. 

Plus d’argent 

« Ça prend de l’argent pour que ça bouge. Rien ne changera tant que les préposés n’auront pas de meilleurs salaires, dit Cadotte, qui avait lui-même suivi des cours pour bien s’occuper de sa femme. Il y a trop de patients par préposé, ça leur prend de meilleures conditions de travail pour qu’ils puissent bien traiter les cas lourds comme celui de ma femme. » 

« C’est une question politique qui ne doit pas tomber dans l’oubli, conclut-il. J’espère que le monde n’oubliera pas ça. »