/lifestyle/food
Navigation

«Mon péché de gourmandise c’est le chocolat» –Phil Roy

Phil Roy
Photo Chantal Poirier Phil Roy

Coup d'oeil sur cet article

Phil Roy est drôle. Ça, tout le monde le sait. Diplômé de l’École nationale de l’humour, animateur de Phil s’invite sur les ondes de V, animateur pour le Gala ComediHa et de la compétition de chefs, le « Chef Battle » au restaurant Chasse-Galerie à Montréal entre autres. Il est aussi collaborateur de l’émission Véronique et les Fantastiques, comédien à SNL Québec... De plus, Phil est un invité d’émission formidable, impossible de s’ennuyer avec lui en onde. Mais saviez-vous que Phil est aussi un barista ? Il faut voir sa machine à café chez lui pour deviner qu’il ne plaisante pas lorsque vient le temps de faire un café. Il se passionne aussi pour les vins nature et il est champion du monde pour faire un saumon au sel... de bain. Oui, Phil est un Roy !

Questionnaire gourmand

Alors Phil, café ou thé ?

Phil Roy
Photo Chantal Poirier

Comme j’en ai parlé au début de l’entrevue, je suis un grand amateur de café. C’est une passion. C’est lors d’une expérience vécue à New York particulièrement au Blue Bottle Coffee que s’amorça mon engouement pour les cafés raffinés. C’est grâce à Christian Bégin, que j’ai rencontré par hasard là-bas, il m’a donné une liste de lieux à faire avec des produits et des gourmandises à découvrir. Une expérience mémorable, je lui en suis très reconnaissant.

Avec mon amoureuse, nous avons développé une complicité matinale, elle s’occupe du déjeuner et moi des cafés, c’est là aussi que j’ai compris l’art du timing (rire).

Café croissant ou gruau et fruit ?

Comme je suis fou du café, alors ce sera, café, blanc d’œuf et une bonne tranche de pain.

Pain tranché ou baguette ?

J’aime bien le pain tranché : « plus de grains et plus c’est bon ». J’ai perdu du poids de façon graduelle en changeant mon alimentation petit à petit. Du beurre d’arachides naturel, plus de grains et pas de culpabilité. C’est la culpabilité qui fait engraisser.

Resto ou livraison ?

Définitivement resto. À part la pizza, je suis resto. Il y a quelque chose qui ne « connecte » pas avec le fait de faire livrer du spaghetti par exemple. Les pâtes arrivent et on n’a même pas fait bouillir l’eau. À la maison, je trouve ça plus gratifiant et moins cher de préparer ses repas, c’est meilleur aussi pour la santé.Cuisiner, c’est prendre soin de soi et de ceux qu’on aime.

Gastronomie ou bistro ?

Je crois, gastronomie. Mais la plupart du temps, je vais m’installer au bar. Il faut que ce soit un lieu accessible. Je veux être moi-même. M’habiller comme je veux. La gastronomie se démocratise et c’est formidable d’avoir de plus en plus accès directement aux chefs et cuisiniers dans les restaurants.

Fromage ou dessert ?

Moi, je suis fromage. Je préfère les bleus.

J’aime bien les fromages cendrés.

J’affectionne particulièrement les pâtes fermes. Le fromage fait partie des produits que je souhaite explorer, c’est un monde vaste et je sais que je vais m’y passionner aussi avec le temps.

Dessert, un gâteau au fromage alors ?

Non, je ne suis pas très sucré et étonnamment, je n’aime pas vraiment le gâteau au fromage, mon péché de gourmandise à moi, c’est le chocolat.

Viande ou poisson ?

Même si ma mère faisait des bons plats de viande, je préfère plutôt le poisson.

J’ai goûté à une bonne morue au restaurant Cadet à Montréal, une spécialité de la cuisine portugaise, la morue à braz (bacalhau à bràs). Sinon, en général, spontanément je choisis le poisson sur les menus des restaurants.

Salade ou frite ?

Je vais choisir la salade, mais je vais demander à mon partner in crime de prendre une frite, comme ça, je vais pouvoir lui en piquer quelques-unes.

Végé ou carné ?

Je dirais que je suis carnivore, mais encore là comme j’aime faire des découvertes, je suis ouvert à aller voir ce qui se fait ailleurs en cuisine.

Gâteau ou biscuit ?

Je préfère les biscuits. Ça se mange mieux.

Caramel ou chocolat ?

J’aime bien le chocolat. Mais je ne connais pas bien ce domaine. Pas encore très raffiné dans ma connaissance du chocolat. Pour l’instant, je me limite au chocolat commercial.

Beurre ou margarine ?

En fait, ni un ni l’autre. J’utilise l’huile de coco. Quand ma blonde fait la cuisine et qu’elle met... beaucoup... de beurre, faut pas que je regarde. Je ne peux pas être dans la cuisine à ce moment-là. Alors, c’est un peu comme manger sans voir (rire).

Huile d’olive ou huile de canola ?

Pour la cuisson, l’huile d’olive. J’en ai d’ailleurs une petite sélection.

Bière ou vin ?

C’est le vin. Surtout le rouge. J’ai mes préférences. Par exemple, un vin de l’Ontario, Les Tailles, un vin nature. Je l’adore.

Un festival ou un évènement chouchou ?

J’adore le Chef Battle que j’anime sur place de temps en temps. Contrairement aux émissions de télévision, cette activité nous permet de développer notre goût puisqu’on peut sentir le parfum des différents mets et encore mieux, y goûter. C’est accessible à tous les intéressés. Et chaque chef garde son style. C’est vraiment très intéressant et amical.

Tes vins chouchous du moment ?

Vin nouveau l’orange 2018, Les Tailles, Le Boit sans soif

Bulles ou cocktail pour l’apéro ?

Je suis plutôt cocktail. Pas très bulles.

Là aussi, coté cocktail je m’initie, le matériel, les verres, j’aime avoir les choses qu’il faut pour bien explorer.

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi ?

L’équipement à café. Je me suis équipé comme un professionnel. Des amis qui ont des cafés m’ont conseillé pour faire les bons achats. Ma machine est une Lelit Bianca PL162T machine à café PID. J’ai aussi un moulin Baratza Sette 270 balance v60 hario.

As-tu d’autres accessoires qui te facilitent la vie dans ta cuisine ?

J’ai deux couteaux. Un de l’Émouleur sur Laurier Ouest, et un autre qui est un cadeau de ma blonde. Je réalise que plus on a le goût d’apprendre en cuisine, plus on a le goût d’avoir de bons outils, de beaux verres à vin, de la belle vaisselle, etc.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

Comme mes amis aiment aussi cuisiner, c’est un travail de team. Félix s’occupe d’avoir de bonnes pâtes fraîches, Édouard et moi, on choisit le vin avec Martin Juneau. Et on se prépare de bons soupers ensemble. On commence par une entrée composée de burrata, basilic, tomates fraîches du marché et huile d’olive que ma mère m’a rapportée d’un voyage. Ensuite le repas principal comprend 3 plats style pique-assiette : poisson, une poêlée de légumes, une grosse côte de bœuf et une salade pour déculpabiliser. Si on a encore faim, on servira des fruits ou un granité, comme dessert. Quelque chose de frais.

Essaies-tu tes recettes avant de les servir à tes invités ?

Oui chef !

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

Le fameux macaroni à la viande.
Photo Adobe Stock
Le fameux macaroni à la viande.

Le macaroni à la viande de mon père. Recette à dix piastres. Mes amis me demandent souvent de leur en faire cuire. Et aussi ma sauce tomates composée de soupe tomate Aylmer avec 25 % moins de sel, herbes italiennes, autres épices, du jus de légumes dont je vais taire la marque... et surtout avec beaucoup d’amour.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion.

Oui une béchamel que j’ai brûlée. Impossible de la récupérer. Lors de la première visite de ma blonde, je lui avais servi un saumon au sel d’Epsom (sel de bain) qu’on a dû jeter. Pour la santé de tous à la maison, c’est mieux que je sois sous-chef (rire).

Meilleure expérience culinaire à vie ?

Au Chien fumant sur le Plateau.
Photo courtoisie
Au Chien fumant sur le Plateau.

Aux 3 Petits Bouchons, fermé maintenant, où j’ai invité mes amis et pris la facture pour la première fois. C’était une soirée mémorable et tout goûtait le ciel. Puis au Chien Fumant, j’y suis comme à la maison, c’est vraiment très bon.

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petit ?

Dans la maison, ça sentait la lessive propre et dans la cuisine ça sentait le brûlé. On entendait toujours le bruit de la fan.

Carnets d’adresses

Tes restos préférés ?

  • Au Chien fumant, c’est ma deuxième maison.
  • Le Pastaga, avec ses accords mets et vin. Je me sens bien.
  • Le Cadet.
  • Bouquet Pizzeria, Peperoni épicé avec un bon vin, sur Beaubien.

Resto préféré pour sortir en tête-à-tête ?

Le Larry juste à côté du Lawrence.

Resto préféré pour tes sorties en groupe ?

Le Plaza. C’est toujours le party.

Resto préféré à l’extérieur de Montréal ?

Patente et machin et L’affaire est ketchup à Québec

Produits culinaires chouchous ?

  • Sriracha, je suis accro.
  • Mamba, une sauce épicée, j’adore le piquant.
  • Beurre d’arachide naturel épicé.

Recette fétiche ?

Un bon tartare, surtout le midi.

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine ?

Le poivre.

Gourmandise coupable ?

Les chips... avec des saveurs le plus capotées possible.

Ton style de cuisine préféré ?

Je découvre la cuisine japonaise avec bonheur, mais en règle générale, je suis curieux, alors je me laisse porter par les découvertes.