/news/politics
Navigation

Ratification du nouvel ALENA: les tarifs imposés au Mexique ne semblent pas inquiéter Freeland

Ratification du nouvel ALENA: les tarifs imposés au Mexique ne semblent pas inquiéter Freeland
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le processus de ratification du nouvel ALENA suit son cours même si le président américain a décidé d’imposer des tarifs douaniers au Mexique, soutient la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

«Le président du Mexique, M. Lopez Obrador, a réitéré vendredi l’intention de son pays d’aller de l’avant avec le processus [de ratification qui] a commencé là-bas [jeudi]», a dit Mme Freeland en mêlée de presse.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Donald Trump a annoncé jeudi que les États-Unis imposeront des droits de douane de 5% sur toutes les importations en provenance du Mexique dans le but de freiner l’entrée sur leur territoire de migrants clandestins.

Ces tarifs entreront en vigueur dès le 10 juin et pourraient graduellement augmenter si l’administration Trump estime que le Mexique n’en fait pas assez, a prévenu le président américain sur Twitter.

Cette déclaration est survenue quelques heures après une rencontre à Ottawa entre le vice-président américain, Mike Pence, et le premier ministre Trudeau pour discuter de la ratification de l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis–Mexique (ACEUM).

«L’enjeu de migration à la frontière entre les États-Unis et le Mexique est bilatéral tout comme les discussions entre le Canada et les États-Unis concernant notre frontière», a soutenu Mme Freeland.

Ottawa a déposé cette semaine à la Chambre des communes son projet de loi pour ratifier l’ACEUM. Jeudi, le vice-président Pence a dit souhaiter que les États ratifient l’accord cet été.