/news/green
Navigation

Tata Steel: Un militant dénonce l’influence du puissant lobby minier

Tata Steel: Un militant dénonce l’influence du puissant lobby minier
Capture d'écran - Images courtoisie Benoit Desjardins

Coup d'oeil sur cet article

Après que le premier ministre François Legault eut qualifié «d'inquiétants» les écoulements d’eau rouge résultant des déversements de la minière Tata Steel, le porte-parole de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine implore les gouvernements fédéral et provincial de poser des gestes concrets pour enrayer la pollution minière.

«Quand on est élu et qu’on doit mettre en place les lois et les normes nécessaires, ce qui arrive souvent est qu’il y a un "backlash" et un lobby minier dit: "wô minute, pousse pas trop fort le bouchon". Souvent, on arrive avec des demi-mesures et des conséquences comme on voit aujourd’hui», a illustré Ugo Lapointe en entrevue vendredi à l’émission Dutrizac de 6 à 9 sur les ondes de QUB radio.

Le porte-parole de la coalition qui milite pour revoir la façon dont on encadre et développe le secteur minier au Québec a expliqué qu’il existe des installations de gestion des résidus miniers qui empêcheraient des dégâts comme celui qu’a provoqué Tata Steel à proximité de Schefferville, sur la Côte-Nord, mais que ceux-ci étaient très coûteux.

«Est-ce que notre gouvernement aura le courage d’exiger les meilleures pratiques et les meilleures technologies, qui coûtent très cher, face aux lobbys qui baissent la barre?» a-t-il demandé.

Le porte-parole de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine est d’avis que le gouvernement devrait agir sévèrement à l’égard de Tata Steel pour mettre en garde d'autres compagnies minières.

«Si on est trop laxistes avec des petites pénalités, les compagnies récidivent. Il faut envoyer un exemple clair que c’est tolérance zéro, la pollution minière au Québec», a soutenu M. Lapointe.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue intégrale d'Ugo Lapointe

Une industrie problématique

Un rapport publié par Environnement Canada en 2017 révélait que 76 % des mines au Canada polluent des eaux et affectent les poissons et leur habitat. C’est donc dire que Tata Steel est loin d’être la seule compagnie minière à verser ses déchets miniers dans la nature.

«Il ne faut pas se leurrer, le lobby minier est un lobby très fort», a rappelé Ugo Lapointe lors de l’entretien.

Selon lui, Environnement Canada devrait inspecter les compagnies minières plus souvent qu’une seule fois par année et décerner des amendes nettement plus salées.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec le porte-parole de Tata Steel