/entertainment/music
Navigation

C’est bel et bien la fin pour Rush

Il n’a jamais été question de remplacer le batteur Neil Peart

Geddy Lee
Photo courtoisie, RIchard Sibbald Geddy Lee possède 290 basses. Il présente les objets les plus intéressants de sa collection dans le livre Geddy Lee’s Big Beautiful of Bass, un ouvrage de 408 pages consacré à cet instrument de musique. 

Coup d'oeil sur cet article

Geddy Lee le confirme : Rush a bel et bien tiré sa révérence.

Le bassiste, chanteur et claviériste précise qu’il n’a jamais été question de remplacer Neil Peart.

Le batteur de 66 ans, qui est aux prises avec une tendinite chronique et des problèmes d’épaules, avait décidé que la tournée R40, qui a pris fin le 1er août 2015, serait sa dernière.

« Continuer avec un autre batteur serait ­inapproprié. Ça ne nous a jamais ­effleuré l’esprit », a laissé tomber Geddy Lee, lors d’un ­entretien téléphonique.

Le musicien sera de ­passage à Montréal mardi afin de faire la promotion de son livre Geddy Lee’s Big Beautiful Book of Bass, où il présente les plus belles pièces de sa collection de 290 basses.

Geddy Lee
Photo courtoisie

« J’ai réalisé à un moment donné que je ne ­connaissais pas grand-chose de cet ­instrument que je tiens dans mes mains depuis 42 ans et qui m’a permis de gagner ma vie », a-t-il fait remarquer.

Il s’est mis à lire sur les basses et le collectionneur impulsif en lui a rapidement pris le dessus. Les histoires liées à ces instruments lui ont donné le goût de les réunir et d’en faire un livre.

Le musicien précise que ce livre de 408 pages ne s’adresse pas uniquement à la communauté des ­bassistes et aux musiciens professionnels.

« L’idée première était de faire un livre d’art et de montrer la beauté de ces instruments. Certaines de ces basses sont des objets d’art. Il était important que les photos soient exceptionnelles, et je crois qu’elles peuvent être appréciées par quiconque aime les belles photos », a indiqué le bassiste.

Bassiste par accident

Geddy Lee a aussi réalisé des entrevues avec les musiciens propriétaires de ces instruments, dont Les Claypool (Primus), Adam Clayton (U2), John Paul Jones (Led Zeppelin), Robert Trujillo (Metallica), Jeff Tweedy (Wilco) et Bill Wyman (Rolling Stones).

Le bassiste, chanteur et claviériste a commencé par jouer de la guitare. Il avait 15 ans lorsqu’il a posé ses doigts sur une basse pour la première fois.

« La mère du bassiste de la bande d’amis avec qui je faisais de la musique ne voulait plus que son fils se tienne avec nous. Les gars ont décidé que j’étais pour être le bassiste », a-t-il lancé en riant, comparant la situation au joueur de hockey qui devient gardien, même s’il n’en a pas envie.

Geddy Lee n’a aucune idée de ce qu’il fera lorsque la tournée de promotion de son livre prendra fin à l’automne.

« J’ai l’impression que je vais aller dans mon studio et voir ce qui va se passer », a-t-il dit, précisant qu’il était ouvert à tout et qu’il n’excluait pas l’idée de travailler à nouveau avec Alex Lifeson.

♦ Geddy Lee signera son livre et répondra à des questions, mardi, à 19 h, au Théâtre Rialto. Les détails sont en ligne sur rush.com.