/weekend
Navigation

«La Cité du Ciel» d'Amy Ewing: un monde magique à découvrir

Amy Ewing
Photo courtoisie, Marlies Hartmann Amy Ewing

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir obtenu un énorme succès avec sa trilogie Le Joyau, best-seller du New York Times, l’écrivaine américaine Amy Ewing propose une autre histoire magique à ses fans avec La Cité du Ciel. Elle a créé tout un univers avec le peuple des Céruléennes, des femmes qui vivent dans le ciel et se méfient des humains qui habitent «le monde d’en dessous».

Sera, une jeune Céruléenne, ne s’est jamais trop sentie à sa place parmi les femmes et les filles de son peuple.

<b><i>La Cité du ciel - Livre 1</i></b><br />
Amy Ewing<br />
Éditions Robert Laffont, 450 pages.
Photo courtoisie
La Cité du ciel - Livre 1
Amy Ewing
Éditions Robert Laffont, 450 pages.

Elle ne cesse de poser des questions à ses trois mères, à sa meilleure amie Leela et interroge même la Haute Prêtresse sur tout ce qui lui passe par la tête.

Elle est aussi très impatiente de vivre le jour où le gros cordon qui relie la Cité du Ciel au monde d’en dessous – très terrien – sera coupé. Ce jour-là, les Céruléennes partiront une nouvelle fois en quête d’une nouvelle planète d’attache.

Une surprise de taille attend Sera : c’est elle qui sera offerte en sacrifice pour couper le cordon et se lancer dans le vide. Ce sera elle qui sera choisie pour sauver les Céruléennes.

Au jour prévu, elle se lance, mais contre toute attente, elle survit à sa chute et se retrouve dans «le monde d’en dessous», sur une planète hostile s’appelant Kaolin.

Elle réalise bien assez vite que ses pouvoirs magiques lui seront très utiles.

Deux mondes différents

Jointe à Manhattan, où elle habite, Amy Ewing parle avec enthousiasme de sa nouvelle série, La Cité du Ciel.

Dans son roman, elle arrive à jongler parfaitement entre l’imaginaire débridé et le réalisme très ancré, très terrien de la planète Kaolin, mariant les deux avec bonheur.

«J’étais panéliste pendant le Teen Writers Festival de New York et je devais écrire une courte histoire en répondant à cette question : pourquoi le ciel est-il bleu? J’ai imaginé l’histoire de femmes au sang bleu qui faisaient des sacrifices une fois par année pour colorer le ciel. La réponse du public a été immédiate : les gens me demandaient où était ce livre! J’ai choisi ce sujet pour mon nouveau roman, en modifiant l’histoire pour ne pas assassiner mes personnages.»

Elle a pris plaisir à créer les Céruléennes et les gens du port d’attache.

«Old Port City ressemble beaucoup à New York pendant l’ère victorienne. J’avais des références. Mais pour la Cité du Ciel des Céruléennes, je devais tout créer.»

Les humains, dans son histoire, sont aux prises avec des situations difficiles et très réalistes, comme des vagues de chaleur insupportables et des incendies de forêt, et présentent des personnalités bien campées.

«Je voulais être certaine qu’on voyait une palette très variée de gens : il y a des vilains, des gentils, et d’autres qui sont d’abord détestables, mais qui finissent par changer. Je voulais explorer les différentes nuances de l’humanité.»


► Amy Ewing a obtenu sa maîtrise à l’université de New York.

► Sa trilogie à succès, Le Joyau, était au départ son sujet de thèse.