/opinion/columnists
Navigation

Le PLQ peut-il redevenir nationaliste?

Coup d'oeil sur cet article

Il fallait s’y attendre : les jeunes libéraux ont invité leur parti, cette semaine, à renouer avec le nationalisme. Leur appel a vite été entendu. Dominique Anglade s’est réclamée du nationalisme. Même Marwa Rizqy, qui incarne la ligne trudeauiste au caucus libéral, a repris le mot honni.

À 10 % chez les francophones, le PLQ peut difficilement faire autrement. Il doit leur envoyer un message clair : nous savons que vous nous avez sanctionnés, et nous comprenons pourquoi. Car telle est la réalité : si les francophones ont congédié le PLQ, c’est moins pour telle ou telle décision de gouvernement, mais parce que ce parti, depuis le dernier référendum, s’est progressivement retourné contre son peuple.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Référendum

Sous la gouverne de Philippe Couillard, il s’en faisait même une fierté. Le PLQ traitait la majorité historique francophone comme une population inquiétante qui, laissée à elle-même et délivrée de la tutelle du fédéralisme canadien, persécuterait les minorités. En d’autres mots, le PLQ était devenu un parti antinationaliste.

Aujourd’hui, il veut mettre en scène son grand virage. Mais il ne suffit pas de brandir le mot pour retrouver la chose. Lorsque les mots viennent seuls, sans les gestes pour les accompagner, ils sont surtout là pour faire illusion.

C’est ce qui se passe en ce moment au PLQ.

Soyons concrets : comment peut-on être nationaliste et diaboliser le désir majoritaire d’une laïcité modérée ? Comment peut-on être nationaliste si on ne s’oppose pas à l’anglicisation de Montréal ? Comment peut-on être nationaliste et accepter une constitution qui entrave nos libertés collectives ? Comment peut-on être nationaliste et toujours soupçonner l’identité québécoise de porter en elle la tentation de l’intolérance ?

Preuves

Il ne suffira pas aux libéraux de chanter des louanges à la mémoire de Robert Bourassa ou de Claude Ryan pour redevenir nationalistes. Ils devront en donner des preuves politiques concrètes. On risque de les attendre longtemps.

 
 
Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions