/opinion/columnists
Navigation

Mode de scrutin: exigeons un référendum!

salon bleu deputes
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La réforme électorale a de l’eau dans le gaz. Plus on examine ce qui est envisagé, moins on est sûr que ce serait un authentique progrès.

On nous présente l’introduction du scrutin proportionnel comme l’antidote au cynisme et la condition d’une revitalisation de notre démocratie.

Comment se fait-il alors qu’en Europe, où le scrutin proportionnel est en place à peu près partout, le cynisme et le décrochage électoral soient encore plus élevés ?

Légitimité

Le Directeur général des élections, Pierre Reid, a voulu calmer le jeu en disant que si on prenait des bouchées triples, un nouveau mode de scrutin pourrait être prêt pour les élections de 2022.

Excusez-moi, mais le vrai problème n’en est pas un de délai.

La vraie question n’est pas de savoir s’il faut introduire cela pour 2022 ou attendre 2026.

La vraie question est de savoir si le Québec serait gagnant à long terme.

Il est tout à fait raisonnable de se demander s’il est sain qu’un parti obtienne 100 % du pouvoir après avoir récolté moins de 50 % des voix.

Mais il est tout aussi raisonnable de se demander si nous voulons, par exemple, qu’un parti aux idées extrémistes comme QS puisse imposer ses conditions à une hypothétique coalition de gouvernement.

Il est encore plus raisonnable de se poser une question toute simple : comment expliquez-vous que le PLQ, désormais l’otage des minorités ethniques et des anglophones, soit en train de changer son fusil d’épaule après avoir toujours été contre le scrutin proportionnel ?

Qu’on ne vienne pas nous dire que le gouvernement Legault est tenu d’introduire cette réforme pour honorer sa promesse.

Sa promesse était de présenter un projet de loi d’ici le 1er octobre.

Il n’a jamais promis que cette réforme serait adoptée et mise en place pour les élections de 2022.

On ne parle pas ici d’une « réformette », mais d’une révolution.

On changerait les règles de base de notre démocratie, et on le ferait pour des décennies.

Qu’y a-t-il de plus important que la façon dont nous choisissons nos dirigeants ?

Est-ce trop demander que le dernier mot revienne au peuple ?

Est-ce trop demander qu’il se prononce en toute connaissance de cause ?

Est-ce trop demander qu’il entende tous les arguments et prenne le temps d’y penser ?

Oui, le débat dure depuis longtemps.

Comprendre

C’est justement parce que la question est complexe et que la discussion s’est toujours faite entre initiés.

La voie la plus raisonnable est d’organiser un référendum sur la question aux élections de 2022 : on nous remettrait deux bulletins de vote.

Il est fascinant de voir à quel point les partisans de cette réforme, qui n’ont que le mot « démocratie » à la bouche, ne veulent pas d’un débat ouvert, large et transparent.

Des démocrates qui ont peur du peuple ? Curieux, non ?

Si on change, qu’on sache pourquoi et dans quoi on s’engage.

Et si le statu quo prévaut, ce sera aussi parce qu’on l’aura choisi en toute connaissance de cause.