/news/green
Navigation

Une petite dernière à Saint-Sauveur

Le printemps frais permet à la station de ski d’offrir 185 jours dans une même saison, soit la moitié d’une année

du ski en t-shirt le 1er juin
Photo Amélie St-Yves Yannick Langevin, 30 ans, de Longueuil, descend une pente en tenue plus estivale qu’hivernale.

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de skieurs et planchistes ont dévalé en t-shirt la dernière pente enneigée du mont Saint-Sauveur, samedi, ce qui vient clore une saison record de 185 jours.

La chaleur qui a tardé à s’installer sur le Québec a permis au Sommet Saint-Sauveur d’étirer la saison de glisse jusqu’en juin, une première depuis 1998. Avec une ouverture hâtive fin octobre, il s’agit d’un record historique de 185 jours de ski pour la station, selon le président et chef de la direction pour Les Sommets, Louis-Philippe Hébert.

Les centaines de canons à neige des pentes ont cessé leurs opérations fin janvier comme à l’habitude.

Normalement, la neige ainsi accumulée permet de se rendre autour du 10 mai. La fonte a toutefois été plus lente cette année, ce qui explique qu’il reste une bonne quantité de neige gorgée d’eau sur une pente et demie.

« Ça flotte bien »

« C’est plus lourd que la poudreuse, mais ça flotte bien », a dit samedi le planchiste Yannick Langevin, de Longueuil, en comparant sa descente à du surf.

Le mercure a joué un plus grand rôle dans la longueur de la saison que la grande quantité de neige naturelle tombée cet hiver, selon M. Hébert.

« Ça ne nuit pas, mais il faut comprendre que la neige fabriquée va être beaucoup plus consistante et va durer plus longtemps », a-t-il expliqué, samedi.

Saint-Sauveur pourrait ouvrir dimanche pour une toute dernière fois, dépendamment de la pluie.

RECORD ET LICORNES

du ski en t-shirt le 1er juin
Photo Amélie St-Yves

Les amies Florence Bouthillette et Mélodie Lapierre ont voulu se faire remarquer sur la piste en portant des pyjamas de licornes qui sont rapidement devenus trop chauds avec le mercure de 16 degrés.

« On s’est dit que c’était le 1er juin, que c’était incroyable et qu’on n’avait pas le choix de se faire remarquer », a dit Florence Bouthillette, 14 ans, de Sainte-Adèle.

Les filles ont remarqué que les descentes en skis se faisaient moins vite en juin à cause de la neige gorgée d’eau.

EN SHORT

du ski en t-shirt le 1er juin
Photo Amélie St-Yves

Julie Parisella est une habituée des pentes qui a voulu souligner la fin de la saison samedi. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait du ski en culottes courtes, mais elle n’en avait jamais fait en juin et a voulu l’essayer avant d’accrocher ses skis.

« C’est un mélange de beau temps, de neige et de gazon. C’est un peu spécial de voir tout ça en même temps », a dit la femme de 25 ans de Sainte-Sophie.­­­­­­­­­­­­­­­­