/weekend
Navigation

Sortir de l’ombre d’ABBA

Mamma Mia
Photo Chantal Poirier Entrevue avec Romane Denis et Joëlle Lanctôt qui incarnent mère et fille dans la comédie musicale Mamma Mia!

Coup d'oeil sur cet article

Au fil des 40 dernières années, les hits d’ABBA ont non seulement gravi les palmarès, mais également traversé les époques en se gravant dans la mémoire collective du monde entier. Succès indéniables, les Waterloo, Dancing Queen et autres SOS pourraient donc rassurer la troupe de la comédie musicale Mamma Mia! à quelques jours de la première représentation. Mais en réalité, Le Journal a appris que ces titres représentent un défi de taille, plutôt qu’un allié, lorsque viendra le lever du rideau.

« C’est certain que les chansons ­d’ABBA aident à attirer les spectateurs ; ils viennent parce qu’ils ont envie de réentendre les chansons qu’ils connaissent par cœur et qu’ils aiment. Mais une fois assis dans la salle, nous on doit leur faire accepter notre proposition. Parce que Mamma Mia !, ce n’est pas une revue musicale ; c’est d’abord et avant tout une histoire, et ce qu’on veut, c’est qu’ils rentrent à la maison habités par cette histoire-là », avance Joëlle Lanctôt, qui prête ses traits au personnage de Donna Sheridan.

En tout, c’est de plus d’une vingtaine de titres d’ABBA qu’est cousue l’histoire de Mamma Mia !, présentée dès mercredi au Théâtre St-Denis. Notons ici que, bien que les dialogues soient livrés en français, les chansons seront quant à elles interprétées dans leur version originale anglaise.

Cette histoire, c’est celle de Sophie, une jeune femme qui fouille dans le journal intime de sa mère Donna pour tenter de découvrir l’identité de son père. Le hic ? Elle y trouve trois candidats potentiels qu’elle décide d’inviter sur l’île où elle vit avec sa maman en Grèce.

Sans attente

C’est sans attentes que Joëlle Lanctôt, remarquée dans le rôle-titre de la comédie musicale Mary Poppins il y a trois ans, a entamé le processus ­d’audition pour cette première adaptation québécoise du spectacle. Non pas qu’elle remettait en question ses aptitudes. Mais, à 33 ans, elle savait pertinemment qu’elle pourrait fort bien « tomber dans les craques entre les personnages ».

« Les personnages de Mamma Mia ! ont soit 20 ans, soit 40 ans. Alors je ne ­savais pas quel rôle je pourrais ­décrocher. Mais des opportunités d’audition dans le monde des comédies musicales, il n’y en a pas des tonnes. Alors je suis allée quand même, en me disant que j’allais voir ce que ça allait donner », explique-t-elle.

Le metteur en scène Serge Postigo, qui signe également la traduction et l’adaptation du spectacle, lui a finalement demandé d’auditionner pour le rôle de Donna Sheridan, une jeune quadragénaire. Et grâce à la magie du théâtre, Joëlle Lanctôt a vu ses doutes s’effacer au fil des répétitions.

« Moi aussi ça m’a fait sourciller de penser que je vais jouer le rôle d’une femme de 40 ans, mère d’une fille de 20 ans. Mais pas une seule fois depuis le début des répétitions je n’ai été inquiète. Je me sens parfaitement sur mon X. J’espère simplement que les gens vont accepter notre proposition et nous suivre là-dedans », confie-t-elle.

Lien émotif

Si, sur papier du moins, Joëlle Lanctôt ne paraissait pas le choix le plus évident pour incarner son rôle, il en est tout autre pour Romane Denis, qui devient Sophie le temps du spectacle. La comédienne de 21 ans, n’a pas connu son père qui est décédé alors qu’elle n’avait que deux ans.

« Moi aussi, j’ai grandi toute seule avec ma mère et je sais ce que c’est de ne pas avoir connu son père, alors l’histoire de Mamma Mia ! vient réellement me chercher. Je pense que j’avais sous-estimé à quel point ça allait me rentrer dedans, de jouer ce rôle-là. Mais d’un autre côté, je pense que j’avais besoin de ça. C’est très, très émouvant pour moi de pouvoir faire ce personnage », confie-t-elle.

Celle qu’on a récemment vue dans les films Charlotte a du fun et Les salopes ou le sucre naturel de la peau fera ainsi ses premiers pas sur scène. Habituée aux plateaux de tournage depuis plus d’une décennie, elle n’avait encore jamais foulé les planches d’un théâtre.

« C’est certain que je ne m’attendais pas à avoir un gros rôle comme ça pour mon premier spectacle. Mais je m’amuse et je me sens à ma place. Ça va bien aller », annonce-t-elle, sourire aux lèvres.


La comédie musicale Mamma Mia ! sera présentée au Théâtre St-Denis de Montréal du 5 juin au 18 juillet, puis à la salle Albert-Rousseau de Québec à compter du 14 août.