/entertainment/shows
Navigation

Une dernière journée de classe troublante

Alice Pascual excelle dans le rôle de Madame Catherine

Une dernière journée de classe troublante
Photo Zoe Roux

Coup d'oeil sur cet article

Alice Pascual brille dans la pièce de théâtre Mme Catherine prépare sa classe de troisième à l’irrémédiable. Elle est drôle, convaincante, touchante et troublante.

Une dernière journée de classe troublante
Photo Zoe Roux

À l’affiche vendredi et samedi à l’occasion de la 20édition du Carrefour international de théâtre, la pièce d’Elena Belyea, où une enseignante explique à ses élèves comment faire face à une fusillade, est plus que dans l’air du temps.

Quelques heures avant la présentation de la pièce, vendredi, douze personnes étaient abattues par un tireur à Virginia Beach. Une fusillade qui n’est pas survenue dans une école, mais qui s’inscrit dans une longue série d’événements semblables qui surviennent et se produisent aux États-Unis.

Madame Catherine a peur. La tuerie survenue à Sandy Hook, où 28 personnes, dont 20 enfants ont été abattus, l’a fortement ébranlée. Elle a peur que ce genre d’événement se produise, un jour, dans l’école où elle enseigne. Une école primaire où la direction ne croit pas qu’il soit nécessaire de tenir des exercices de confinement.

Elle critique l’insouciance du directeur, du personnel et celle de l’agent de sécurité Carl qui effectue son boulot entre deux sommes.

Madame Catherine joue le tout pour le tout. Elle sait qu’elle va perdre son emploi en raison d’un incident survenu la veille et qu’il s’agit de la dernière journée de classe de l’année scolaire. Elle profite de ce moment pour préparer ses élèves avec une leçon en six étapes qui pourrait, un jour, leur sauver la vie.

Finale intense

Dès l’arrivée des spectateurs dans la salle du Théâtre Périscope, elle crée, avec des regards et des sourires, des contacts visuels avec ceux qui seront, durant 55 minutes, les élèves de sa classe.

Alice Pascual est seule sur scène, sauf pour une courte intervention du directeur de l’école Les Explorateurs. Elle s’adresse à la foule et elle utilise toutes sortes de moyens pour passer son message.

La comédienne est très dynamique et expressive. Elle regarde les « amis » dans les yeux. En plus de jouer avec précision cette enseignante, Alice Pascual plonge avec justesse dans les zones d’inquiétudes, de perturbation et de tristesse associées à ses peurs et ses craintes.

Un état d’esprit et de turbulence qui l’amènera très loin dans sa démarche et qui se déploiera dans la partie très intense et finale du spectacle.

Un segment où l’enseignante simule une mise en situation où elle expose ses craintes face à un futur qu’elle visualise sombre et inquiétant et l’urgence d’agir différemment. Troublant et renversant.