/opinion/columnists
Navigation

Qu’arrive-t-il aux conservateurs?

Les troupes d’Andrew Scheer ont donné un super beau cadeau à Justin Trudeau.

Qu’arrive-t-il aux conservateurs?
photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNéS

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau ne cesse de chuter dans les sondages, depuis quelque temps.

Juste comme on pensait qu’il avait touché le fond, on découvre un autre sous-sol.

Notre PM se débat comme un diable dans l’eau bénite.

Or, qui lui vient en aide ? Qui lui tend une perche ?

Les conservateurs !

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

UNE BOUÉE DE SAUVETAGE

Mercredi dernier, la députée du Bloc Québécois Monique Pauzé a demandé le consentement unanime de la Chambre au sujet d’une motion en lien avec l’avortement.

Cette motion se lisait comme suit : « Que la Chambre des communes réitère que le corps de la femme n’appartient qu’à elle seule et reconnaisse son libre choix en matière d’avortement pour quelque raison que ce soit. »

Tous les députés ont appuyé cette motion... sauf les conservateurs !

En regardant ça, je me suis dit : « Ça y est, les troupes d’Andrew Scheer viennent de donner un cadeau en or aux libéraux de Justin. Ils vont maintenant se présenter comme les champions du libre choix, les défenseurs des droits des femmes et le dernier rempart contre la montée de la droite dure aux États-Unis. »

Content de s’accrocher à cette bouée lancée par ses adversaires, Justin Trudeau n’a d’ailleurs pas perdu de temps.

Le lendemain, il parlait de ce dossier avec le vice-président américain Mike Pence, qui était de passage à Ottawa afin de discuter de la ratification du nouvel ALENA.

« Je suis très préoccupé par le mouvement conservateur qui commence à retirer les droits des femmes aux États-Unis et ailleurs », a dit notre PM en mêlée de presse, juste avant sa rencontre avec monsieur Pence, un chrétien crinqué qui n’a jamais caché ses positions pro-vie.

Notez l’emploi du mot « conservateur » par Justin Trudeau. Il n’est pas anodin.

Il vise autant le mouvement conservateur avec un petit « c » que le Parti conservateur avec un grand « c ».

C’est habile. Extrêmement habile.

TAPER SUR LE CLOU

Vous me direz qu’Andrew Sheer a dit à plusieurs reprises qu’il n’allait pas rouvrir le dossier de l’avortement s’il était élu.

Qu’importe.

L’image était forte et valait mille mots : les conservateurs ont refusé unanimement d’appuyer la motion de la députée du Bloc.

Allez dire aux Canadiennes, après, que les conservateurs n’ont pas un programme secret en ce qui concerne l’avortement.

Déjà que les conservateurs ont de la difficulté à attirer le vote des femmes...

Vous pouvez être sûrs que d’ici la fin de la campagne, Justin ne cessera de cogner sur ce clou avec un très gros marteau.

« Vous ne voulez pas que le Canada ressemble à Gilead, la nation fictive de la série La Servante écarlate ? Votez pour nous ! »

Ce qui se passe aux États-Unis est extrêmement inquiétant. Ce n’est pas le temps d’envoyer un message ambigu en ce qui concerne le droit à l’avortement.

Les Canadiens qui s’apprêtent à voter Scheer veulent une droite fiscale. Une droite plus sévère en matière de justice et de sécurité nationale.

Mais pas une droite morale à la Trump.

Le parti d’Andrew Scheer a manqué une belle occasion de se démarquer clairement de la droite « trumpienne ».

Justin les remercie de tout cœur...