/news/currentevents
Navigation

Rapport scolaire tristement accablant sur la fillette martyre de Granby

Coup d'oeil sur cet article

Plus d’un mois après le décès de la fillette de Granby, TVA Nouvelles dévoile lundi les résultats d’un rapport scolaire alarmant qui confirme l’horreur vécue par cette enfant qui «fuguait à l’intérieur de sa propre école» et «s’empiffrait de la nourriture des boîtes à lunch des autres élèves ou des poubelles».

Les troubles majeurs de comportement de l’enfant à l’école, ses problèmes relationnels sévères avec les autres élèves, ses nombreux jours d’absence et même ses notes à l’école – exceptionnellement bonnes pour une petite fille maltraitée – sont répertoriés dans le document de près de 20 pages.

La Commission scolaire du Val-des-Cerfs, qui gérait l’école de la fillette, a produit ce rapport à l’hiver 2019 afin d’exposer à la partie parentale tous les scénarios d’éducation possibles, dont celui d’envoyer l’enfant dans une école spécialisée.

La commission scolaire avait aussi offert aux parents que la petite n’aille à l’école qu’à temps partiel ou qu’elle soit éduquée à la maison par un professionnel de la commission scolaire. Le père de la fillette et sa belle-mère avaient refusé ces deux options et avaient choisi de retirer l’enfant de l’école.

TVA Nouvelles a obtenu le contenu du document, qui fait état de l’adaptation de l’enfant à l’école. L’identité de la fillette et des intervenants scolaires a été volontairement censurée.

«[La fillette] est âgée de 7 ans. Elle a reçu un diagnostic de trouble de l’attachement. Elle présente des difficultés d’ordre affectif et comportemental dont la classe ordinaire ne peut répondre aux besoins particuliers malgré les services mis en place. [...] Elle refuse de dépendre de l’adulte. Elle est centrée sur son propre plaisir. Nous observons une recherche excessive d’attention, une difficulté à admettre ses torts même pris sur le fait et se montre inatteignable même lorsque punie», peut-on lire.

En ce qui a trait aux problèmes de comportements, «elle fait des crises et des désorganisations nécessitant que l’on sorte le groupe de la classe, elle fugue à l’intérieur de l’école, elle vole des objets, elle dit des mensonges, elle vole et s’empiffre de la nourriture des boîtes à lunch des autres élèves de l’école ou des poubelles».

La fillette éprouvait aussi de grandes difficultés à établir des relations. «Elle cherche le contrôle excessif, elle manque d’empathie et de chaleur, elle a recours à la manipulation et l’hostilité lorsqu’elle n’a pas ce qu’elle veut. [...] Elle ne recherche pas le réconfort de l’adulte lorsqu’elle est anxieuse. L’école est en constante communication avec la famille.»

De bons résultats malgré un taux d’absentéisme élevé

Le document fait aussi état des notes scolaires de la fillette, qui sont plutôt bonnes malgré le contexte. On y apprend également qu’elle cumulait les jours d’absence à l’école, particulièrement lors de l’étape 2 de la première année. Selon le bulletin scolaire, la fillette a raté 16,5 jours sur un total de 59 jours de classe. Quant aux résultats, elle avait obtenu, en français, une note de 93 pour la lecture, de 78 pour l’écriture et de 80 dans la communication orale, bien au-delà de la moyenne de 72 du groupe. Pour le cours de mathématique, elle a obtenu une note de 85, au-dessus de la moyenne de 80 du groupe.

Le rapport scolaire fait d’ailleurs état d’un bon potentiel intellectuel, d’une belle curiosité et d’un côté créatif développé. Or, dans les besoins identifiés, on recommande de lui donner un encadrement clair, de gérer son alimentation, de communiquer avec la famille et de développer ses habiletés sociales.