/news/currentevents
Navigation

Mort de Marie-Pier Gagné: Falardeau-Laroche contredit la version de son médecin

L’accusé affirme que le médecin n’a pas émis de recommandation

Coup d'oeil sur cet article

Jonathan Falardeau-Laroche contredit son neurologue en affirmant que le médecin «n’a rien dit» quant à la conduite automobile lors de la consultation précédant le drame qui a coûté la vie à Marie-Pier Gagné enceinte de 40 semaines.

Le 13 octobre 2016, deux mois après le drame survenu sur le boulevard Laurier où il a happé la mère de 27 ans alors qu’il était au volant de son véhicule, Falardeau-Laroche a été arrêté puis interrogé pendant six heures. 

Après s’est assuré, non sans difficulté, que Falardeau-Laroche comprenait bien les accusations de négligence criminelle causant la mort de Mme Gagné et de négligence criminelle causant des blessures sur son bébé qui a survécu à l’accident, l’enquêteur Louis Lachance entre dans le vif du sujet. Il lui demande alors si le neurologue lui a dit de ne pas conduire lors de la consultation du 10 août, quelques minutes avant le drame. 

Photo courtoisie

 

Photo Simon Clark et courtoisie

D’une voix lente et avec peu de mots, Falardeau-Laroche affirme avoir lui-même demandé à son médecin s’il pouvait conduire malgré la récidive de ses crises d’épilepsie. «Il n’a rien dit», affirme l’accusé. 

«Je lui ai demandé si je pouvais encore conduire, il m’a dit qu’il n’y avait pas de problème, que je pouvais garder mon permis pour mon travail», a-t-il relaté en interrogatoire. Cette version est en complète contradiction avec le témoignage du Dr Michel Sylvain qui affirme avoir été «très clair» en disant à son patient à trois reprises qu’il n’avait pas le droit de conduire. 

Perdu la carte

À sa sortie du CHUL, l’homme de 25 ans se souvient avoir tourné dans la voie de gauche sur le boulevard Laurier puis faire une centaine de mètres avant de «perdre la carte». «Je me réveille 150, 200 mètres plus loin, il y a deux autres véhicules en avant de moi, j’avais fait un accident», explique-t-il très lentement. 

Il affirme donc n’avoir aucun souvenir de l’impact avec la femme enceinte lui qui est surpris lorsque l’enquêteur lui montre une photo avec les marques de pneus sur le terre-plein. «Vous êtes sûr que c’est mes marques ?», demande-t-il.  

«Je me sens bien»

Questionné sur ses sentiments après le drame, Falardeau-Laroche dit avoir pleuré à la suite de l’accident. Il dit ensuite, «je ne me sens pas mal, je me sens bien, ajoutant, je suis passé à autre chose». 

Celui qui avait déjà été arrêté pour alcool au volant affirme avoir passé l’essentiel de son temps entre le drame et son interrogatoire «au lit». Outre ses parents, il n’avait pas de vie sociale et buvait «6, 7 ou 8 bières» tous les soirs. 

Données du sac gonflable cinq secondes avant la collision avec deux voitures:  

  • 91 km/h 
  • rotation du moteur 4 300 tours/minute 
  • Pourcentage de l'accélérateur: 100% 
  • Freinage: .5 secondes avant l'impact 
  • vitesse de l'impact: 89 km/h