/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un plouc au cirque de la reine

Un plouc au cirque de la reine
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plouc : familier. Qui a l’allure maladroite et gauche d’un paysan endimanché, qui ignore les usages (Larousse en ligne).

À peine Trump arrivait-il en Angleterre que déjà il s’immisçait dans la politique intérieure du pays en insultant de manière grossière le maire de Londres, qui est contre le Brexit, et en encensant les politiciens anglais qui sont en faveur du Brexit. Or, les chefs d’État en visite à l’étranger s’abstiennent de critiquer la politique intérieure des pays qu’ils visitent. C’est une règle d’or. Trump est un plouc.

Donald Trump a aussi jugé bon de faire inviter sa famille élargie à Buckingham Palace, aux frais de la princesse, il va sans dire. Un plouc.

Trump a eu droit au grand cirque de la reine : des coups de canons, une inspection de la garde avec les énormes chapeaux, une visite du palais agrémentée de pièces d’archive sur les États-Unis, un déjeuner privé, un thé privé et surtout, un grand dîner d’État. La vieille dame lui a tout de même fait quelques remontrances, en lui signalant que les institutions internationales actuelles étaient fondées sur des valeurs communes aux États-Unis et à l’Angleterre. Pendant que celle-ci le prononçait son petit discours, Trump, toujours aussi plouc, essayait de lire la feuille du discours qu’elle tenait dans ses mains.

Tous ces navrants accros aux usages élémentaires de la diplomatie et de la bienséance ne doivent pas faire oublier l’essentiel de la visite du président américain : profiter du Brexit pour distendre le plus possible les relations entre la Grande-Bretagne et le reste de l’Europe. C’est là l’objectif premier des accords de libre-échange qu’il propose de négocier avec la Grande-Bretagne.

À cet égard, Donald Trump confirme son incapacité à concevoir les États-Unis comme leader des démocraties, ce qui pourtant était un des rôles du pays depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. 

Les États-Unis sont en train de devenir un agent de désunion des démocraties.