/investigations/taxes
Navigation

Bertrand dit avoir donné un coup de main à Guy Cloutier

Il aurait accepté de gérer 1 M$ de l’ex-impresario en attendant sa sortie de prison

Mario Bertrand nie avoir emprunté 1 M$ à Guy Cloutier. Il soutient plutôt que c’est l’ex-impresario qui lui a confié cette somme pendant qu’il était en prison pour agression sexuelle sur des enfants.
Photo d'archives Mario Bertrand nie avoir emprunté 1 M$ à Guy Cloutier. Il soutient plutôt que c’est l’ex-impresario qui lui a confié cette somme pendant qu’il était en prison pour agression sexuelle sur des enfants.

Coup d'oeil sur cet article

Accusé par l’impresario déchu Guy Cloutier de défaut de paiement sur une somme d’un million de dollars qu’il lui aurait empruntée, le stratège politique Mario Bertrand contre-attaque avec une version complètement différente.

M. Bertrand soutient plutôt avoir rendu service à Cloutier en gérant cette somme pour lui, au moment où ce dernier était emprisonné pour agression sexuelle sur la chanteuse Nathalie Simard.

« Si je suis coupable aujourd’hui, c’est d’avoir souhaité l’aider à titre amical. Et je suis maintenant victime de ses calomnies ! » affirme Mario Bertrand dans une déclaration piquante qu’il a fait parvenir hier à notre Bureau d’enquête.

Bertrand, l’ancien chef de cabinet du premier ministre Robert Bourassa (1986 à 1990) et conseiller spécial du chef de la CAQ François Legault (2012), n’a visiblement pas digéré la poursuite que Guy Cloutier a intentée contre lui la semaine dernière en Cour supérieure.

L’homme d’affaires revient sur le passé criminel de Guy Cloutier, qui a écopé en décembre 2004 de 42 mois de prison pour ses crimes sexuels commis sur deux enfants pendant de nombreuses années.

Guy Cloutier dit avoir prêté près d’un million de dollars en 2010 à l’ex-organisateur politique Mario Bertrand.
Photo d'archives
Guy Cloutier dit avoir prêté près d’un million de dollars en 2010 à l’ex-organisateur politique Mario Bertrand.

Un rare ami

« Au moment où Guy Cloutier connaissait les difficultés que l’on connaît, il n’avait plus beaucoup d’amis autour de lui », explique Mario Bertrand dans sa déclaration.

« À cette époque, son avocat qui était le mien m’a demandé si Guy Cloutier pouvait me confier les argents d’une compagnie dont celui-ci était le détenteur économique, pour lui remettre en fonction de ses demandes et besoins à sa sortie de prison », détaille-t-il.

En clair, non seulement Mario Bertrand n’aurait pas demandé la charité à Guy Cloutier en lui empruntant de l’argent, c’est même lui qui aurait volé au secours de son ami emprisonné.

Mario Bertrand s’inscrit également en faux devant les prétentions de Guy Cloutier selon lesquelles il veut tromper ses créanciers en se déclarant insolvable depuis son divorce de 2016.

« À aucun moment n’y a-t-il eu de mauvaise volonté de ma part », assure M. Bertrand, qui a longtemps résidé à Monaco.

Il veut poursuivre

En raison des procédures judiciaires en cours, Mario Bertrand n’a pas voulu accorder d’entrevue hier. Il laisse même entendre qu’il a mandaté ses procureurs pour « initier des procédures en matière de diffamation ».

C’est donc vraisemblablement par la voie des tribunaux que les deux hommes se donneront la réplique au cours des prochains mois.

Guy Cloutier s’est fait très discret depuis sa sortie de prison en juillet 2006, à peine un an et demi après avoir été incarcéré. À ce jour, il a encore plusieurs actifs, selon les recherches effectuées par notre Bureau d’enquête.

Par exemple, il a vendu en janvier 2018 une propriété cossue sur le bord d’un lac à Estérel, dans les Laurentides. Cloutier, qui n’avait pas d’hypothèque sur ce bien immobilier, a empoché 1,3 M$ pour la vente.

– Avec la collaboration de Hugo Joncas