/sports/hockey
Navigation

Dunn compatit avec Chara

HKN-HKO-SPO-2019-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-FOUR
Photo AFP Vince Dunn (à gauche), que l’on voit avec Carl Gunnarsson, porte les marques d’une rondelle reçue sur la bouche en finale d’association.

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | S’il y a un joueur dans le camp des Blues de St. Louis sensible à la situation que vit Zdeno Chara, c’est bien Vince Dunn. Face aux Sharks de San Jose, le jeune défenseur a vécu une situation semblable en étant atteint sur la bouche par un tir de Brendan Dillon.

« Je sais ce qu’il peut vivre. Ce n’est pas facile d’endurer pareille douleur. Je me sens mal pour lui et j’espère qu’il va bien. »

Les Blues ont divulgué très peu d’information au sujet de Dunn, mais on sait qu’il a obtenu quelques rendez-vous chez le dentiste et que d’autres visites sont prévues au terme de la finale.

« Sur le coup, tu ne sais pas trop ce qui vient de se passer. C’est simplement un coup au visage. Puis, tu vois du sang sur tes mains. Ça fait peur », a raconté Dunn, qui a dû rater six matchs.

La scène était d’autant plus effrayante que, mis K.-O. par le tir de Dillon, l’Ontarien s’était effondré en rentrant au banc des siens.

« Je ne comprenais plus trop ce qui se passait. J’étais confus. Par chance, l’équipe médicale a été exceptionnelle », a-t-il poursuivi.

Joueur créatif

De retour au jeu pour le quatrième match face aux Bruins, Dunn a permis à son entraîneur de détenir une arme de plus dans son arsenal. Bien que limité à quelque 13 minutes de temps de jeu, Dunn a été le joueur le plus utilisé par Craig Berube en supériorité numérique (3 min 37 s).

« J’aime quand il amorce ses présences en zone offensive. C’est un joueur dynamique qui a de l’imagination avec la rondelle. Souvent, il crée des jeux à partir de rien », a indiqué l’entraîneur des Blues.

La contribution de Dunn en territoire défensif n’est pas à négliger, particulièrement contre une formation comme les Bruins, dont l’échec avant peut parfois être éreintant.

« C’est une série dans laquelle la pression est forte. Alors, il faut sortir la rondelle rapidement de notre territoire, la remettre aux attaquants pour qu’ils attaquent la zone neutre. Si je peux faire partie de ce plan, tant mieux », s’est exclamé l’Ontarien.

Maintenant qu’il a retrouvé ses repères, on peut s’attendre à ce qu’il foule la glace un peu plus souvent, jeudi soir.

La coupe Stanley dimanche ?

Les Blues s’amènent à Boston avec un excellent dossier de 8-3 sur les patinoires adverses en séries. L’occasion sera belle pour rentrer à la maison avec la possibilité de soulever la coupe Stanley devant leurs partisans, dimanche soir.

Toutefois, les Bostoniens n’ont perdu deux matchs de suite qu’une seule fois depuis le début des éliminatoires.

D’ailleurs, après un revers, Tuukka Rask affiche un taux d’efficacité de ,940 et une moyenne de buts alloués de 2,01.