/sports/soccer
Navigation

Marie-Pier Bilodeau ne sera pas de retour avec le Rouge et Or

La gardienne Marie-Pier Bilodeau constituera encore une fois l'une des pièces maîtresses de l'Amiral cette saison.
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Pier Bilodeau ne sera pas de retour avec le programme de soccer féminin du Rouge et Or de l’Université Laval.

Après sept ans comme adjointe et parmi les six finalistes à la succession de Helder Duarte qui ont été reçus en entrevue, Bilodeau a fait connaître sa décision dans les derniers jours et elle a prévenu le nouvel entraîneur-chef David Desloges.

«J’ai été franche avec David que je connais depuis longtemps puisqu’il a coaché pendant sept ans avec mon chum à Garneau et je n’ai pas joué le jeu des négociations, ce qui n’est pas mon genre, a raconté l’enseignante en anglais à l’école secondaire François-Bourrin. Je n’avais pas reçu d’offre claire de sa part, mais j’imagine qu’il y avait de l’intérêt. Ce n’est pas un plan B que j’accepte. Ce type de proposition n’est pas offert à tout le monde.»

Bilodeau renouera avec la Fédération québécoise de soccer dans un rôle qui sera connu dans les prochaines semaines. On parle de coaching, mais aussi de formation des entraîneurs féminins. Elle a aussi eu des discussions avec Soccer Canada.

«David a dit comprendre ma décision, a-t-elle indiqué. Parce que le soccer n’est pas une job de vie, mais une passion, je souhaite embarquer dans des projets que j’aime. Après sept ans comme adjointe, je me questionnais à savoir qu’est-ce que deux ou trois années de plus m’amèneraient dans mon développement comme entraîneure. Avec les équipes du Québec dont celle qui prend part aux Jeux du Canada et peut-être l’équipe nationale junior avec Soccer Canada, je vais pouvoir continuer mon développement.»

Desloges comprend la décision de Bilodeau. «De beaux défis se présentent à Marie-Pier et je comprends qu’elle voulait prendre un pas de recul avant de se relancer avec le Rouge et Or, a-t-il souligné. Si elle avait voulu poursuivre, on se serait assis et on aurait été capables de travailler ensemble, mais on ne s’est pas rendus là.»

Desloges souhaite embaucher ses adjoints d’ici la fin juin. «J’ai des noms en tête, mais je n’ai encore contacté personne. Depuis mon embauche, la priorité était de finaliser des dossiers de recrutement et de rencontrer toutes les filles. Audrey Genois et Laurie Viel (deux finissantes de Garneau) ont confirmé qu’elles seraient à Laval en septembre.»