/sports/hockey/remparts
Navigation

Joshua Roy au cœur du débat

Les Diables rouges ne peuvent négocier le 1er choix des Seadogs en raison d’un règlement de la ligue

Patrick Roy (ici avec le commissaire Gilles Courteau) a dû faire une croix sur la possibilité d’effectuer une transaction avec les Sea Dogs pour le premier choix en raison du règlement en place visant à protéger l’intégrité de la LHJMQ.
Photo Jean-Francois Desgagnés Patrick Roy (ici avec le commissaire Gilles Courteau) a dû faire une croix sur la possibilité d’effectuer une transaction avec les Sea Dogs pour le premier choix en raison du règlement en place visant à protéger l’intégrité de la LHJMQ.

Coup d'oeil sur cet article

Ceux et celles qui rêvaient de voir Patrick Roy signer un coup d’éclat pour arracher le tout premier choix aux Sea Dogs de Saint John lors du repêchage de la LHJMQ sur le plancher du Centre Vidéotron, samedi, seront déçus.  

C’est que le grand patron des opérations hockey des Remparts de Québec a les mains liées puisque ce choix appartenait initialement à l’Armada de Blainville-Boisbriand par la transaction de Joe Veleno avec les Voltigeurs de Drummondville en décembre 2017. Un an auparavant, l’Armada avait cédé cette sélection pour mettre la main sur Alex Barré-Boulet.  

En vertu d’un règlement entériné par les gouverneurs de la LHJMQ dans les mois ayant suivi l’achat des Remparts par le groupe Québecor à l’automne 2014, aucune transaction directe ou indirecte n’est permise entre la concession de Québec et l’Armada, aussi la propriété de l’entreprise médiatique.  

Choix à oublier  

Joshua Roy
Photo Jean-Francois Desgagnés
Joshua Roy

En d’autres mots, même si Roy faisait un pont d’or aux Sea Dogs dans l’optique de sélectionner le Beauceron Joshua Roy, considéré comme le plus bel espoir disponible de cet encan, la transaction serait refusée sur-le-champ par les instances à Boucherville.    

« Saint-Jean m’a appelé si j’avais un intérêt à repêcher au premier rang, mais malheureusement, ça n’arrivera pas, a rappelé l’entraîneur-chef et directeur général des Diables rouges dans les corridors du Bonne-Entente qui sert de quartier général aux assises annuelles. C’est un peu ridicule. Je peux comprendre qu’au départ, c’était important pour la Ligue de s’assurer qu’il n’y ait pas de conflits d’intérêts.   

« Cela dit, les équipes savent très bien qu’on est deux entités complètement différentes bien qu’on ait le même propriétaire. On a une fierté, on veut gagner les deux. Je peux comprendre pour les échanges directs, mais pour les échanges indirects, je trouve que c’est un peu exagéré. » 

Tanguay sur le dossier 

Fraîchement nommé gouverneur des Remparts en remplacement de Julien Gagnon qui occupait le poste depuis la renaissance en 1997, le président Jacques Tanguay travaille en coulisses depuis des mois pour faire modifier la réglementation.  

« Ça fait déjà un an qu’on travaille à l’améliorer, a-t-il mentionné. Lorsque le règlement a passé, à l’époque, on pouvait comprendre que les équipes étaient quand même assez nerveuses de la situation. Il était tout à fait normal qu’on se protège. Aujourd’hui, on connaît la vraie réalité. Il s’agit d’une rivalité entre deux équipes qui est aussi forte que d’autres dans la ligue. » 

Le dossier sera d’ailleurs abordé durant la semaine. « Il ne s’agira pas du sujet le plus important des réunions, cette semaine, mais il a déjà été abordé depuis un an, et Gilles Courteau travaille là-dessus à l’heure actuelle. »  

En juin 2017, l’ancien directeur-gérant des Québécois, Philippe Boucher, avait aussi manifesté son désarroi sur la place publique face à cette situation. Tanguay souhaite que le mécanisme soit assoupli d’ici la séance de sélection de l’an prochain.  

« Je pense qu’on peut bouger sur les choix qui remontent à plusieurs années et qui passent par d’autres équipes. Il ne faut pas y voir des complots, il n’y en a pas, a tranché l’homme d’affaires.   

« Je n’ai aucun problème à ce qu’il n’y ait pas de transactions directes entre les Remparts et l’Armada, et pour le reste, on a eu une bonne écoute et je pense qu’on pourrait grandement aider à améliorer ce règlement dans les prochains temps. » 

Des choix à profusion pour Patrick Roy 

Patrick Roy est prêt à passer beaucoup de temps au téléphone d’ici samedi.  

Avec huit choix dans les quatre premiers tours, dont la huitième sélection au total et trois prises de parole en deuxième ronde, les Remparts auront l’embarras du choix pour trouver la recette gagnante en vue des prochaines campagnes.  

« Je m’attends à ce qu’il y ait plus d’action que jamais pour nous parce qu’on n’a jamais eu autant de choix dans les deux premières rondes. Je m’attends à ce que des équipes nous appellent. C’est déjà commencé [...] C’est la journée [le samedi] où les choix valent le plus ! » s’est exclamé Patrick Roy en ajoutant qu’il se voyait conserver son actuel choix de première ronde.  

« Les meilleures décisions » 

Si Roy a confirmé qu’il annoncera « des choses » vendredi matin à l’ouverture de la période des échanges (lire la venue de l’attaquant Félix Bibeau pour compléter le troc de Louis-Filip Côté avec les Huskies de Rouyn-Noranda), il ne ferme pas la porte à choisir un hockeyeur ayant l’intention de poursuivre son développement en sol américain.  

« Ça fait en sorte que c’est plutôt difficile de savoir vers qui les équipes qui vont repêcher tôt vont s’enligner, a détaillé le membre du Temple de la renommée. On est habitués de les prendre en troisième ou quatrième rondes, pas en première ronde ! Ce sera une décision qui sera prise par l’organisation. Vendredi soir, je vais parler avec Jacques [Tanguay] et je vais lui expliquer la situation dans laquelle on est. Je lui ferai part de mes suggestions et on prendra les meilleures décisions pour l’organisation. » 

D’aucuns voient d’ailleurs déjà le défenseur Guillaume Richard au sein de la brigade des Remparts, la saison prochaine. Considéré comme le meilleur arrière québécois disponible, ce produit du Blizzard du Séminaire Saint-François s’est engagé à porter les couleurs de l’Université du Maine (NCAA) à compter de 2021-2022. Il sera tout de même dans les gradins du Centre Vidéotron pendant le repêchage. Et Roy a acquiescé quand on lui a demandé s’il avait un intérêt envers le jeune homme.