/news/currentevents
Navigation

Angoisse après 3 morts au tout-inclus

Un groupe de 13 Québécois refuse d’aller en vacances dans cet hôtel de la République dominicaine

Le luxueux complexe hôtelier Bahia Principe, situé à La Romana, en République dominicaine, ne laisse pas présager que de tels drames peuvent y survenir.
Photo courtoisie, Bahia Principe Le luxueux complexe hôtelier Bahia Principe, situé à La Romana, en République dominicaine, ne laisse pas présager que de tels drames peuvent y survenir.

Coup d'oeil sur cet article

Des Québécois craignant pour leur sécurité viennent d’annuler leur voyage dans un tout-inclus de la République dominicaine après la mort de trois Américains dans des circonstances nébuleuses la semaine dernière.

« Des vacances, c’est pour relaxer, pas pour s’inquiéter de notre sécurité et celle de nos enfants », lance Nathalie Simard, 48 ans.

Celle-ci devait se rendre pour la première fois au Bahia Principe de La Romana, le 27 juin. L’hôtel est situé à une centaine de kilomètres de Punta Cana.

Elle fait partie d’un groupe de mères monoparentales qui voyagent depuis quelques années avec leurs enfants – ils sont 13 au total –, afin de se rassurer, confie-t-elle.

Le 25 mai, une Américaine de 41 ans tout juste arrivée à cet hôtel est décédée des suites d’étranges problèmes respiratoires sous les yeux de son mari après avoir consommé une boisson alcoolisée de son minibar, a rapporté la chaîne télé américaine Fox News.

Cinq jours plus tard, un couple du Maryland a été trouvé sans vie dans sa chambre par les membres du complexe hôtelier. Les autorités affirment que leurs corps ne portaient aucune marque de violence et que de la médication traitant la haute pression était dans la pièce.

D’autres vacanciers ont depuis dénoncé avoir été anormalement malades à cet endroit, d’après la chaîne télé Denver7.

Alertée, la mère de famille de Cap-Rouge n’a pas perdu de temps pour tenter de modifier sa destination.

« On me répondait des phrases futiles en me disant qu’il y avait des risques partout. Trois décès suspects, je n’appelle plus ça un risque inhérent. C’est un réel danger », s’indigne Mme Simard, sans vouloir nommer la compagnie qui a organisé le tout.

Un non catégorique

Si quelques-unes de ses copines étaient prêtes à y aller malgré le doute, pour elle, c’était un « non » catégorique. Pas question que ses enfants mettent les pieds là, affirme-t-elle.

La femme a donc fait des pieds et des mains pour modifier le plan initial. Les voyageurs devraient désormais séjourner à Juan Dolio, situé à environ 60 km de La Romana, moyennant des frais supplémentaires.

La plupart des agences de voyages consultées par Le Journal ont entendu parler des morts suspectes, sans pour autant s’en alarmer, estimant qu’il s’agissait de cas isolés.

La chaîne hôtelière qui accueille des milliers de Québécois chaque année assure dans un communiqué qu’il n’y a pas de liens entre les décès, contrairement à ce que des médias rapportent. Une enquête est en cours afin d’en déterminer les causes. Des résultats toxicologiques accompagneront les autopsies.