/sports/others
Navigation

Deux triathlètes sélectionnés pour les Jeux panaméricains

Coup d'oeil sur cet article

Les triathlètes Alexis Lepage et Charles Paquet ont été sélectionnés pour les Jeux panaméricains qui se dérouleront du 26 juillet au 11 août à Lima au Pérou.

« C’était quasiment certain dans le cas d’Alexis, mais ce fut plus compliqué pour Charles, a souligné l’entraîneur-chef du Rouge et Or de l’Université Laval, Pierre-Yves Gigou. Blessé au dos en septembre dernier, Charles devait réussir le dernier critère de sélection qui était de terminer dans le top 5 dans une course continentale. Il l’a fait de belle façon en terminant en troisième place à la Barbade le 21 avril. Il a été immobilisé pendant trois mois après avoir été ennuyé par des douleurs depuis deux ans. Une résonance magnétique a permis de déceler une fracture de stress. De retour depuis février, il est sur la pente montante à la course. »

« Pour les Panam, c’est possible autant pour Alexis que pour Charles de réaliser un top 8 dans la course individuelle, d’ajouter Gigou. Le Canada a aussi de très bonnes chances de réussir un podium dans la course à relais. »

Lepage, qui partage son temps entre Gigou et le centre national à Victoria, avait déjà un pied dans la porte pour Lima en raison de ses deux top 15 l’automne dernier.

Séries mondiales

Lepage sera aussi sur la ligne de départ des Séries mondiales de triathlon à Montréal le 30 juin, et au Japon à la mi-août pour la grande répétition avant les Jeux olympiques de Tokyo de 2020.

« Depuis sa médaille de bronze à la Coupe du monde de Chengdu en Chine, son premier podium en carrière en Coupe du monde, Alexis est très motivé et il est beaucoup plus serein quant à ses possibilités de se mesurer à l’élite, a confirmé Gigou. Il avait connu un début de saison 2019 plus compliqué. »

Si Lepage affrontera l’élite dans la métropole, il en va autrement pour Paquet, qui devra se contenter de la Coupe continentale disputée la même fin de semaine. Triathlon Canada a jugé qu’il était préférable pour le développement de Paquet, qui n’est âgé que de 22 ans, de viser un podium dans une course relevée plutôt que d’obtenir un top 20 avec les meilleurs.