/news/society
Navigation

Laïcité: les crucifix seront retirés des palais de justice

Laïcité: les crucifix seront retirés des palais de justice
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault fait volte-face et retirera les crucifix des salles d’audience des palais de justice. 

Dès l’adoption du projet de laïcité de la CAQ, qui interdit notamment aux juges et procureurs de la Couronne de porter des signes religieux, les représentations du Christ en croix qui sont encore fixées aux murs des salles de justice de la province seront décrochées, a annoncé jeudi la ministre Sonia LeBel. 

« L’intention est d’ajuster effectivement la neutralité de la salle de cour avec la neutralité exigée du juge », a insisté la procureure générale du Québec. 

Le ministère de la Justice a d’ailleurs procédé à un recensement des symboles religieux présents dans les palais de justice.

« Ne pas dénaturer »

Mme LeBel a précisé que cette décision s’inscrit dans la foulée de l’intention du gouvernement de retirer le crucifix qui trône au-dessus du siège du président de l’Assemblée nationale.

« Il y a des palais de justice où il y a de belles sculptures, on va faire en sorte de ne pas dénaturer le patrimoine, notre patrimoine immobilier », a-t-elle assuré.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le sort des symboles religieux qui ornent les institutions judiciaires du Québec sera décidé au « cas par cas ». « (Un crucifix) sera peut-être exposé ailleurs dans le palais de justice, ou autre chose », a-t-elle insisté.

L’automne dernier, la ministre de la Justice avait pourtant un tout autre discours lorsque TVA Nouvelles avait révélé que 17 crucifix se trouvent sur les murs des édifices de 11 palais de justice du Québec.

« Qu’on ait un crucifix ou un autre signe symbolique qui, pour moi, fait partie de notre histoire, de notre patrimoine, ne vient pas nécessairement teinter les acteurs qui agissent dans l’enceinte où ce crucifix-là se trouve », avait-elle alors expliqué.

Inquiétude à l’archidiocèse

L’archidiocèse de Québec ne remet pas en question la décision du gouvernement Legault de retirer le Christ en croix qui orne les salles d’audience des palais de justice.

Mgr Marc Pelchat convient que ce choix est en droite ligne avec le projet de loi 21, qui empêche les juges d’afficher leurs convictions religieuses.

L’évêque auxiliaire à Québec craint toutefois une « surenchère ». « Il ne faudrait pas s’engager dans une escalade qui va faire de notre société une société complètement aseptisée ou exempte, vidée de tout signe religieux ; je pense aux CHSLD, aux hôpitaux », a-t-il confié à notre Bureau parlementaire.

« On reste une société pluraliste, diversifiée, ça ne veut pas dire qu’on devient tous pareils par le vide », insiste-t-il. .

ÉCOUTEZ Geneviève Lajoie à QUB radio:  

  • ÉCOUTEZ Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé: