/news/health
Navigation

Dépendance au jeu: la Maison Jean-Lapointe reçoit environ 500 joueurs par année

Dépendance au jeu: la Maison Jean-Lapointe reçoit environ 500 joueurs par année
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La Maison Jean-Lapointe aide annuellement 500 personnes ayant un problème de jeu.   

Anne-Élizabeth Lapointe, la directrice générale de cette organisation, était en entrevue avec Mario Dumont pour en parler, vendredi, à QUB radio.   

«On en reçoit autant que des personnes aux prises avec des problèmes de substances», a-t-elle déclaré. Elle ajoute également que des individus reviennent très souvent et que le taux de rechute n’est pas «banal».   

Sans avoir fait de profil type, elle a indiqué qu’en général, il s’agit de gens dans la quarantaine, qui travaillent. Mme Lapointe spécifie néanmoins qu’il y a également des personnes plus âgées qui «ont joué leur fonds de pension» ou encore des jeunes de 18-19 ans qui se sont lourdement endettés.   

«Ce qui les rejoint, c’est la détresse psychologique qui est très présente, a expliqué la directrice générale de l’organisme. Ce n’est pas une substance que l’on ingère [...], c’est une addiction comportementale, donc c’est facile de vivre dans le déni. Ce qui nous réveille, c’est les conséquences et c’est souvent les conséquences financières.»   

En ordre, Mme Lapointe affirme que 80 % des problèmes de jeu sont liés à la loterie vidéo que l’on peut retrouver dans les bars et les restaurants. C’est ensuite les machines à sous dans les casinos et les jeux de table. Le jeu en ligne vient très loin derrière, toujours selon elle.   

ÉCOUTEZ Anne-Élizabeth Lapointe à QUB radio :