/news/provincial
Navigation

Système de stationnement automatisé: Québec 21 veut l’intervention du VG

Dossier du stationnement automatisé à ExpoCité

Jean-François Gosselin en point de presse vendredi après-midi à ExpoCité.
Photo Jean-Francois Desgagnés Jean-François Gosselin en point de presse vendredi après-midi à ExpoCité.

Coup d'oeil sur cet article

Québec 21 demande au Vérificateur général (VG) de la Ville de Québec de se pencher sur le dossier du système de stationnement automatisé à ExpoCité. Acquise pour plus de 2 millions $, cette technologie ne sera mise en service qu’à moitié.   

À LIRE AUSSI: Stationnements à ExpoCité: pas de paiement intérieur au Centre Vidéotron  

C’est la requête faite par Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, vendredi après-midi en point de presse. La réclamation formelle au VG de réaliser « un audit de performance » sera déposée par l’opposition lors du prochain conseil municipal du 17 juin.

« Hier (jeudi), l’administration Labeaume a tenté d’expliquer l’inexplicable, a regretté M. Gosselin. Il y a eu une série de mauvaises décisions du début à la fin. Ce système a été acheté à gros prix avec l’argent des citoyens de Québec sans qu’une analyse des besoins du site à court et à long terme n’ait été effectuée. »

Jean-François Gosselin en point de presse vendredi après-midi à ExpoCité.
Photo Jean-Francois Desgagnés

Guerre de chiffres

Patrick Paquet, conseiller de Québec 21, a ajouté que cette technologie suédoise de bornes automatisées, présentée à l’époque comme révolutionnaire, n’est utilisée dans aucun des 30 plus importants amphithéâtres en Amérique du Nord. 

Aussi, l’opposition a contredit la Ville quant au coût de ce système. Exhibant des sommaires décisionnels de la municipalité datant de juin 2018, Québec 21 a insisté pour dire que le coût est bel et bien de 2,5 millions $. Jeudi, la Ville n’admettait pourtant qu’une dépense de 2,15 millions $.

Compatibilité

Aussi, Québec 21 a dit douter du fait que les 20 bornes du Centre Vidéotron puissent être déménagées dans d’autres stationnements. Des documents de la Ville laissent croire que le système automatisé « n’est pas compatible » avec les autres bornes, a-t-on affirmé.

Dans un document municipal daté du 11 septembre 2015, on indique d’ailleurs que « les bornes de stationnement achetées pour le site d’ExpoCité fonctionnent différemment (par rapport à celles utilisées dans les rues du centre-ville) ».

Vincent Dufresne, président d’ExpoCité, a refusé vendredi de réagir à la sortie de l’opposition. Jeudi, ce dernier avait assuré que c’est pour garantir « une expérience client optimale » que la Ville de Québec a décidé de mettre en place, de façon progressive, ce système controversé hautement technologique.