/weekend
Navigation

[VIDÉOS] La France ouvre ses bras pour Eli Rose

Eli Rose
Photo courtoisie, Universal Music Canada Eli Rose

Coup d'oeil sur cet article

Ex-moitié du duo Eli et Papillon, Eli Rose vole désormais de ses propres ailes. Et avant même la sortie d’un premier album en bonne et due forme, cet envol en solo la mène déjà jusqu’en France, où elle a apposé sa signature au bas d’un contrat de disque avec une étiquette majeure.

Eli Rose, le nom d’artiste d’Élise Larouche, a joint les rangs de Barclay, une filiale d’Universal qui représente une pléthore de vedettes internationales et qui a présidé les débuts en France de Cœur de pirate.

Comment diable a-t-elle pu attirer l’attention des bonzes de ce label? Par un étourdissant jeu de bouche à oreille. Tout part, nous explique la principale intéressée, d’un clip ­tourné à Dubaï pour la chanson ­Soleil alors qu’elle était indépendante (elle est depuis sous contrat chez Universal au Canada).

«Mon copain [qui a tourné le clip en question] connaissait Jean-François du groupe Yelle. Il leur a envoyé la chanson et Jean-François s’est dit qu’il y avait un beau potentiel pour la France. Il l’a donc envoyée à des labels et le premier qui a répondu était Wagram, mais il a fermé. Mais il y a eu du bouche-à-oreille, notamment par l’intermédiaire d’un gars de Live Nation, et finalement Barclay m’a rappelée», raconte Eli Rose, qui est consciente de la belle occasion qui s’offre à elle.

«C’est rare qu’un label français se joint aussi rapidement à un projet de la relève. On part de zéro. Je ne sors pas de La Voix et je n’ai pas fait les Francouvertes», fait remarquer la chanteuse québécoise.

Pop urbaine et jogging

En solo, Eli Rose trempe dans une pop très actuelle, comme en font foi les singles lancés ces derniers mois, Carrousel et Tôt ou tard. «Ma petite voix sur de gros beats urbains», résume-t-elle.

L’image qu’elle véhicule dans son plus récent clip est celle d’une ­sportive avec ses pantalons de jogging. Un look tout aussi actuel que ses chansons qu’elle a élaborées avec son amoureux, dit-elle.

«Il m’a suggéré de repartir à zéro et de porter des vêtements dans lesquels je suis à l’aise et qui sont le fun visuellement. On a essayé plein d’affaires. Comme j’ai toujours été un garçon manqué quand j’étais jeune, le pantalon Adidas a été la racine de mon look.»

Rupture amicale

Pour ce qui est d’Éli et Papillon, dont les chansons ont tourné à la radio durant la première moitié de la décennie 2010, c’est mort et enterré, affirme Eli Rose.

«Nous avons décidé de tourner la page, mais nous sommes demeurés en très bons termes. Marc et moi sommes de bons amis. Il travaille sur son album solo instrumental, qui est magnifique. On s’appuie dans nos projets. Nous avons quand même fait de la musique pendant huit ans ensemble.»


► L’album d’Eli Rose sera lancé en septembre, au Québec et en France. Elle fera la première partie d’Angèle le 15 juin, à l’Impérial Bell de Québec, et le 16 juin, au MTelus, dans le cadre des Francos de ­Montréal.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions