/sports/racing
Navigation

«C’est la bonne décision» –Toto Wolff, patron de Mercedes

En vertu de sa victoire dimanche, Lewis Hamilton détient maintenant une avance de 29 points sur son coéquipier Valtteri Bottas au championnat des pilotes.
Photo Agence QMI, Joël Lemay En vertu de sa victoire dimanche, Lewis Hamilton détient maintenant une avance de 29 points sur son coéquipier Valtteri Bottas au championnat des pilotes.

Coup d'oeil sur cet article

Le patron de l’écurie Mercedes a accepté la victoire de Lewis Hamilton sans gêne même si elle a été acquise en raison d’une pénalité de cinq secondes décernée à Sebastian Vettel.

« Je ne suis pas désolé, a déclaré le président et directeur de l’équipe allemande, Toto Wolff. Ferrari aurait réagi de la même façon si les rôles avaient été inversés. Je comprends toutefois leur frustration. »

Est-ce que les commissaires ont pris la bonne décision de pénaliser Vettel ?

« Selon les règles, c’est la bonne décision, a affirmé Wolff. Les commissaires ont appliqué les règles et les décisions doivent être constantes. C’est clair qu’on veut gagner sur la piste et de façon claire. C’est évident qu’une telle fin de course crée de la controverse.

« C’est une décision très difficile pour les commissaires. On doit les appuyer, car leur travail est difficile. Nous comptions sur les commissaires les plus expérimentés en fin de semaine. Si nous ne sommes pas d’accord avec les règles, on peut les regarder et les corriger pour la prochaine saison.

« C’est difficile d’établir les règles. La ligne est mince entre l’art de conduire et la conduite où les collisions sont tolérées et dans lesquelles la sécurité des pilotes serait menacée. »

Week-end difficile

Wolff aurait aimé que son pilote vedette lève le pied un peu en fin de course et profite du coussin de cinq secondes au lieu de tenter de remporter la victoire à la régulière.

« Lewis est un compétiteur et il voulait montrer qu’il pouvait gagner sur la piste, mais je n’étais pas confortable avec sa décision d’attaquer. »

Vétéran du cirque de la F1, Wolff estime que Mercedes a connu une fin de semaine très difficile malgré la victoire du pilote britannique.

« Même si ça ne paraissait pas de l’extérieur, nous avons connu le week-end le plus difficile dont je me se souviens. On ne savait pas si Lewis allait pouvoir terminer la course en raison des problèmes hydrauliques que nous avons connus samedi. L’équipe a travaillé d’arrache-pied pour trouver la fuite avant le départ. De plus, la moitié des membres de l’écurie souffraient de la grippe. »

Bottas en recul

De son côté, l’autre pilote de Mercedes, Valtteri Bottas, a indiqué ne pas avoir vu l’incident impliquant son coéquipier et Vettel.

« Je n’ai pas de commentaires sur la sanction parce que je n’ai pas vu la séquence. »

Sérieux prétendant au championnat des pilotes en début de saison, Bottas cède du terrain à Hamilton depuis quelques épreuves.

« Je ne ressens pas de pression, a-t-il assuré. Je suis content de ma situation. Mon erreur d’hier en qualifications m’a rattrapé pour la course. En partant de la troisième rangée sur la ligne de départ, j’anticipais des problèmes et c’est ce qui s’est passé. »

Quatrième à l’arrivée après être parti de la sixième place sur la grille de départ, Bottas se consolait à l’idée d’avoir gravi deux échelons.

« On a gagné deux places en terminant en quatrième position et nous avons pu ainsi amasser des points pour le classement des constructeurs. Le moteur et les freins chauffaient et j’étais limité pour attaquer. Je visais une place dans le top 3, mais les erreurs des qualifications m’ont coûté. Tout est oublié et je pense déjà au Grand Prix de France, qui aura lieu dans deux semaines. »

Bottas et Daniel Ricciardo, de Renault, se sont livré une rude bataille.

« Il m’a bloqué à une occasion quand j’étais à haute vitesse pour m’empêcher de passer et c’était à la limite des règles comme action, a raconté le pilote finlandais. Il a bien défendu sa position et il n’a pas été facile à doubler. »

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions