/news/consumer
Navigation

Des affaires en or grâce à une équipe de... Toronto

La présence des Raptors en finale de la NBA rapporte à plusieurs magasins

Coup d'oeil sur cet article

 Les commerçants montréalais font des affaires d’or grâce aux performances historiques des Raptors de Toronto qui pourraient remporter un premier titre dans la NBA lundi soir. 

 À la boutique Logo Sports de la rue Saint-Laurent, les tuques, casquettes et dossards aux couleurs de l’équipe torontoise partent comme des pains chauds. 

 « La commande que je passe et qui doit habituellement durer tout l’été, ben elle va être bientôt écoulée au complet », illustre un gérant, Robert Araujo. 

 Si le commerçant vend normalement une dizaine de pièces de vêtement aux couleurs de l’équipe chaque saison, c’est le quadruple de cette quantité qui trouve preneur quotidiennement selon lui. 

 La folie 

 « Il y a beaucoup de touristes [qui en achètent], mais aussi des Montréalais. Les jours de match, c’est là que les ventes sont les meilleures parce que les gens veulent porter leurs jerseys pendant les matchs », affirme son collègue, Sotirios Athanasiou. 

 Le joueur étoile Kawhi Leonard et l’ancienne vedette de l’équipe, Vince Carter, sont ses deux principaux vendeurs. 

 À la Station des sports, rue Sainte-Catherine, on constate un pareil engouement. 

 « Même si c’est lundi, on s’attend à ce qu’il y ait beaucoup de monde. C’était la folie dimanche dernier », témoigne un gérant, Javier Leon. 

 Des fans du CH convertis 

 En trois ans à son poste, c’est la première fois qu’il constate une telle passion des clients pour le basketball. 

 « Depuis que le Canadien a été éliminé des séries, j’ai beaucoup de mes clients réguliers qui se sont tournés vers le basketball », remarque-t-il. 

 Un constat qui ne surprend pas le consultant et spécialiste en marketing sportif Jean Gosselin. 

 « Les fans de hockey sont souvent des fans de sport tout court. C’est la même chose lorsque le CH fait les séries alors que des gens qui ne s’intéressent pas du tout au hockey vont commencer à écouter des matchs », estime-t-il. 

 « Mais la grande majorité des amateurs de basketball l’étaient déjà avant que les Raptors se rendent si loin en série », ajoute-t-il. 

 Selon lui, le peu de place accordé au basketball professionnel pendant la saison régulière par les médias peut expliquer en partie ce problème. 

 « Il faut parfois chercher longtemps dans les journaux pour trouver les résultats du dernier match des Raptors », rigole M. Gosselin. 

 Reste à voir si le coup de cœur des Montréalais pour les Raptors est là pour durer. 

 Surtout que la NBA a fait savoir qu’elle n’avait pas de projet d’expansion dans ses plans pour les prochaines années.