/sports/racing
Navigation

«Je me sens vide»

Lewis Hamilton a célébré sa victoire avec sobriété

Lewis Hamilton
Photo Martin Chevalier Lewis Hamilton

Coup d'oeil sur cet article

Lewis Hamilton a eu le syndrome de l’imposteur, dimanche, après avoir remporté la victoire sur le circuit Gilles-Villeneuve.

Avec la qualité des tours de Sebastian Vettel au volant de sa Ferrari, il est difficile de croire que Hamilton aurait fini devant sans la pénalité de cinq secondes qui a été imposée à l’Allemand.

« Je me sens vide et je sais très bien comment Sebastian peut se sentir, a mentionné Hamilton d’entrée de jeu. On a eu une très belle course entre deux excellentes équipes.

« Pour ce qui est de l’incident avec Sebastian au 48e tour, je sentais que j’étais plus rapide que lui avant d’arriver au virage. Je voulais appliquer de la pression afin de le forcer à commettre une erreur.

« Ce n’est pas évident à faire avec un quadruple champion du monde. Il en a commis une et j’ai eu une opportunité de dépassement. J’étais dans ma ligne de course. Par contre, pour éviter un accident, j’ai dû lever le pied. »

Il a tout tenté

Puis, au 58e tour, le commissaire de piste a décerné une pénalité à Vettel. Tout ce que Hamilton avait à faire, c’était de conserver un écart inférieur à cinq secondes avec son rival, et la victoire était dans sa poche.

C’était mal connaître le Britannique, qui a tenté de l’emporter à la régulière. Par contre, il n’a pas eu d’autres opportunités de dépasser Vettel dans les 12 derniers tours.

Lewis Hamilton
Photo AFP

« J’ai continué de pousser même si j’ai appris que Sebastian avait écopé d’une pénalité, a confirmé Hamilton. C’est une piste où il est difficile de suivre un autre pilote. Les températures sont élevées, et c’est dur physiquement. C’est très facile de faire une erreur.

« Par contre, les Ferrari étaient très performantes. Elles étaient rapides en ligne droite. Elles avaient un autre niveau de puissance que nous n’avions pas. »

Conclusion heureuse

Le week-end avait mal commencé pour Hamilton. Lors des essais libres vendredi, il a brisé sa suspension arrière droite après avoir frappé le mur au même endroit où la course s’est jouée dimanche. Il a raté le reste de la session.

Avec le travail de son équipe, le pilote de Mercedes a été en mesure de récolter le meilleur chrono lors des qualifications. Dans les heures suivantes, son équipe a découvert une fuite hydraulique qui a été colmatée seulement quelques minutes avant le départ de l’épreuve.

« On a eu de la difficulté avec la voiture après mon accident de vendredi, a précisé Hamilton. On a eu un problème de moteur et on a dû rebâtir la voiture ce matin [dimanche].

« J’ai livré la meilleure course que je pouvais. Je ne peux pas demander mieux. »

C’est un week-end qui se termine donc sur une note positive pour lui. Grâce à cette troisième victoire consécutive, Hamilton (162 points) vient de creuser l’écart avec son coéquipier Valtteri Bottas (133) et avec Vettel (100) au classement des pilotes.

À moins d’un revirement spectaculaire de situation, on se demande comment ses plus proches poursuivants feront pour le chauffer d’ici la fin de la saison.