/weekend
Navigation

«Charlie se change en poulet» de Sam Copeland: quand l’anxiété transforme en animal!

Sam Copeland
Photo courtoisie, Charlotte Knee Photography Sam Copeland

Coup d'oeil sur cet article

Sam Copeland, nouvelle vedette de la littérature jeunesse au Royaume-Uni, a trouvé une manière originale et vraiment très drôle de parler de sujets sérieux comme l’anxiété et l’impact de la maladie grave d’un enfant dans une famille dans son nouveau livre, Charlie se change en poulet. Irrésistible, émouvant, hilarant, ce livre écrit dans le style du grand écrivain Roald Dahl est un must dans une bibliothèque familiale.

Charlie est un garçon de neuf ans plein de vie et d’imagination, même si sa vie quotidienne le rend très anxieux. Dans sa famille, on vit des événements difficiles.

Son frère est hospitalisé en raison d’une maladie qu’on devine très grave et ses parents sont à fleur de peau. Chaque fois qu’il devient très, très angoissé, son corps se métamorphose et il devient un animal.

Ce super-pouvoir – utilisé bien malgré lui – le confronte à toutes sortes de situations hilarantes et parfois un peu gênantes, surtout lorsqu’il y a des témoins.

Tour à tour, ce garçon optimiste qui a tendance à paniquer se change en araignée, en pigeon, en puce, en serpent, en rhinocéros. (Il faut lire jusqu’à la fin pour éclaircir le mystère du poulet...)

Comme cette histoire se déroule quelques semaines avant la représentation d’une pièce de théâtre dans laquelle il joue le rôle d’une patate triste, il a le trac... et son niveau de stress augmente.

En plus, son frère HabileBill doit passer un test de scanner inquiétant. Ce qui fait en sorte que les occasions de métamorphose se multiplient.

Ses amis et lui ont aussi des idées de génie qui créent des situations de sauve-qui-peut!

Enfance difficile

Sam Copeland, qui est aussi vif en entrevue que dans son livre, s’est inspiré de sa propre enfance pour écrire l’histoire de Charlie McGuffin. Ce volet est le premier d’une trilogie.

«Je voulais avant tout écrire un livre que les enfants et les parents trouveraient drôle», commente-t-il, en entrevue.

En cours d’écriture, il a réalisé qu’il écrivait à propos de sa propre enfance.

«J’ai écrit un livre sur le stress et l’anxiété, et je m’en suis rendu compte en cours de route. Je faisais une thérapie, au même moment, et clairement, cette démarche a eu beaucoup d’impact.

«Chacun des trois livres de Charlie traite d’un problème auquel j’ai fait face, quand j’étais enfant. Le premier parle de maladie dans la famille, le deuxième parle de la pauvreté et le troisième parle du divorce. C’était une expérience cathartique.»

Tout au long du livre, les adultes vont crouler de rire en retrouvant des références à des œuvres classiques, comme Le Seigneur des anneaux ou Harry Potter.

«L’éditeur voulait que j’enlève les blagues au sujet de Harry Potter. Mais j’ai dit : pas question! Je les garde!»

Dans sa propre enfance, il a fait un tas de bêtises, tout comme Charlie.

«J’ai passé toute mon enfance à gérer les conséquences des bêtises que je faisais à l’école. Absolument. Ou bien je ne remettais pas mes travaux à temps, ou bien j’étais constamment dans le pétrin. Je ne le réalisais pas, à l’époque, mais c’était le reflet de ce qui se passait à l’extérieur de l’école.»

Il a eu à surmonter d’innombrables difficultés dans sa propre famille. «C’était difficile. Quand j’arrivais à l’école, tout ce que je voulais, c’était rire et m’amuser, parce qu’à la maison, ce n’était pas drôle du tout.»

Pleine conscience

Intelligemment, à travers l’histoire de Charlie, Sam Copeland fournit des clés aux enfants pour qu’ils apprennent à se recentrer, à être dans la pleine conscience.

La thérapie, les exercices de respiration l’ont aidé à surmonter son propre stress et sa propre anxiété. «Ç’a changé ma vie, vraiment.»


■ Sam Copeland est né à Manchester et vit à Londres avec sa famille.

■ Il parcourt le monde pour dompter les poulets sauvages grâce à un don unique : celui de chuchoter à l’oreille des poulets.

■ Charlie se change en poulet est son premier livre, mais il a menacé d’en écrire d’autres.

■ Le livre est traduit dans 20 pays. Les tomes deux et trois seront publiés au cours des prochains mois.

Extrait

<i>Charlie se change en poulet</i></br>
Sam Copeland, illustrations de Sarah Horne</br>
Éditions Robert Laffont, 295 pages
Photo courtoisie
Charlie se change en poulet
Sam Copeland, illustrations de Sarah Horne
Éditions Robert Laffont, 295 pages

«Charlie s’assit par terre pour réfléchir à sa situation. Il s’était transformé en araignée, mais n’avait aucune idée de comment on araignait. Il avait beaucoup d’entraînement à être un garçon, mais zéro expérience en tant qu’araignée. Au bout de quelques minutes à être une araignée assise, Charlie avait trouvé un plan. Son plan consistait en deux étapes. Les voici :

Étape 1 : PANIQUER!

Étape 2 : Hurler pour appeler sa maman au secours.»

– Sam Copeland, Charlie se change en poulet, Éditions Robert Laffont