/sports/racing
Navigation

La perfection pour Bédard

Le jeune et talentueux pilote de Terrebonne fait la loi en F1600

SPO-GRAND-PRIX-F1
Photo Agence QMI, Joël Lemay Bertrand Godin (à gauche) et Zachary Vanier (à droite) ont accompagné le vainqueur, Olivier Bédard, sur le podium, hier, à l’issue de la deuxième course de F1600 de la fin de semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Olivier Bédard n’a pas seulement appris à gagner, il a aussi appris à être parfait.

Victorieux la veille en Formule 1600, le pilote de Terrebonne a refait le coup hier pour inscrire un doublé au circuit Gilles-Villeneuve.

Le Québécois Bertrand Godin et l’Ontarien Zachary Vanier, dans l’ordre, l’ont accompagné sur le podium.

Bédard, 22 ans, est invincible depuis le début de la saison dans la spécialité. Il compte 11 gains en 11 départs, dont six ont été obtenus en Ontario.

Il avait aussi été intraitable lors des trois premières étapes présentées en sol québécois le mois dernier au mythique circuit Mont-Tremblant.

À la dernière minute

Il y a quelques semaines, Bédard n’avait toujours pas de volant en F1600. Puis, la bonne nouvelle est venue. Il a trouvé les fonds nécessaires pour disputer une saison complète.

« C’est une entente de dernière minute, a-t-il expliqué, en entrevue au Journal de Montréal. Mais je suis tellement heureux de pouvoir m’exprimer sur une base régulière. Je veux courir, c’est ma passion. »

Bédard travaille au sein de l’équipe de marketing du Groupe Touchette, son principal commanditaire, dont il est évidemment reconnaissant.

« Sans cette aide essentielle, je ne serais pas ici à vous parler », a-t-il souligné.

Départ mitigé

Après s’être élancé de la deuxième place sur la grille de départ hier, Bédard a connu un rare faux pas.

« J’ai perdu une position, mais à la fin du premier tour, j’ai doublé les deux adversaires devant moi pour prendre la tête. »

« Une fois devant, il fallait juste demeurer concentré, éviter les erreurs et rapporter la voiture en un morceau. »

Ce qu’il a fait avec panache.

Deux podiums pour Godin

Ces deux courses disputées en lever de rideau du Grand Prix du Canada ont également été fructueuses pour Bertrand Godin, lui aussi engagé à temps plein en F1600.

Classé deuxième samedi, il avait obtenu la position de tête pour la course d’hier.

« J’étais en mode défensif en début de course, a-t-il relaté. J’ai éprouvé un peu de difficulté avec mes pneus. La situation s’est toutefois améliorée par la suite. »

Sa seconde place, comme samedi lors de la première épreuve, lui procure donc deux podiums au circuit Gilles-Villeneuve.

« Ma dernière présence sur un podium ici, s’est-il souvenu, c’était en 1997 lors de ma victoire en Formule Atlantique. »

Mentor pour les jeunes

Au-delà des places d’honneur, c’est ce plaisir de courir qui anime le vétéran de 51 ans, dont le retour en F1600 l’an dernier a été notamment marqué par une victoire au Grand Prix de Trois-Rivières.

« Je suis comblé, a-t-il dit. C’est tellement valorisant de vivre autant d’émotions et surtout d’affronter les jeunes. »

« Et ces jeunes sont tellement talentueux, a-t-il enchaîné. J’ai rencontré un pilote âgé de 14 ans à peine (l’Américain Aytron Ori) qui est venu me demander des conseils.

« Même si lui et tous les autres sont des adversaires sur la piste, je n’hésite pas à les encourager. »

Malchance pour Schraenen

Après avoir rallié l’arrivée au sixième rang samedi, Didier Schraenen a joué de malchance hier quand il a été incapable d’éviter un compétiteur devant lui pendant un drapeau jaune.

Le contact a endommagé la suspension avant de la monoplace du pilote animateur et il a été forcé à l’abandon alors qu’il occupait la huitième place.


►Dans la classe Pro-Am en F1600, Dany Lacroix, le frère de Kevin, pilote dans la série NASCAR Pinty’s, s’est illustré en remportant deux victoires (huitième samedi et septième hier toutes catégories respectivement) .

►En ajoutant ses trois victoires à Mosport et ses trois autres à Calabogie (deux circuits situés en Ontario) dans la Coupe Nissan Micra (dans laquelle il est aussi inscrit à temps plein), Bédard compte 14 gains en autant de départs en 2019.