/news/currentevents
Navigation

Procès Mukendi: la victime blessée au couteau lors d’agressions sexuelles

Procès Mukendi: la victime blessée au couteau lors d’agressions sexuelles
Photo Nicolas Saillant

Coup d'oeil sur cet article

La victime du révérend Paul Mukendi aurait été coupée à au moins deux reprises à la fesse et à l’épaule lors d’épisodes de colère de «l’Apôtre de Québec».

Au deuxième jour du témoignage de la victime du leader de l’Église Parole de vie, la femme de 31 ans est venue raconter deux épisodes où elle aurait été blessée par le révérend. Selon son récit parfois imprécis, la femme aurait été coupée à une fesse après que Mukendi se soit fâché en disant qu’elle avait menti sur ses règles. 

Pendant que la victime était sur le ventre couchée sur le lit, l’accusé serait allé chercher un couteau dans la cuisine pour couper la victime dans le bas du dos. La blessure aurait pris plusieurs mois à guérir sans que la victime aille à l’hôpital puisqu’elle ne voulait pas avoir à «se justifier». 

La victime dit avoir été attaquée une seconde fois à l’épaule et blessée au pied lorsque le révérend aurait lancé un verre par terre, la touchant au pied. Sans être en mesure de dater les événements, celle qui a quitté l’Église de Vanier en 2016 dit avoir aussi été giflée et frappée à coups de ceinture. 

Relations sexuelles consentantes

Lors de son témoignage, la victime a toutefois admis au moins à deux reprises avoir eu des relations sexuelles consentantes. «J’étais d’accord avec la relation sexuelle vaginale.» Qualifiant les homosexuels «d’irrécupérables», Mukendi aurait sodomisé sa victime à plusieurs reprises, et ce, même s’il se disait «contre ces pratiques-là» dans ses enseignements devant ses fidèles. 

C’est aussi lors d’une de ces relations sexuelles qu’elle qualifie de consentantes que Mukendi lui aurait dit de mettre du sperme sur ses boutons afin de guérir son acné. 

La Couronne a terminé l’interrogatoire de la victime, c’est donc dire que c’est au tour de la défense de questionner celle qui accuse Paul Mukendi d’agressions sexuelles, voies de fait et menace de mort.