/news/transports
Navigation

Des échanges tendus au Conseil

Des résidents du boulevard Pie-XII à Sainte-Foy contestent le tracé du tramway

Un citoyen, Bernard Drolet, posant une question.
Photo Jean-François Desgagnés Un citoyen, Bernard Drolet, posant une question.

Coup d'oeil sur cet article

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif, a dû essuyer lundi un barrage de critiques de citoyens du boulevard Pie-XII, à Sainte-Foy, opposés au tracé du tramway.

« Je pense que quelqu’un se moque de nous. Est-ce que vous et le maire essayez de gagner du temps ? Est-ce que vous pensez nous mentir ? Ou les deux à la fois ? », s’est interrogé Bernard Drolet, lundi soir, lors de la séance du conseil d’arrondissement de Sainte-Foy.

Piqué au vif, M. Normand a répliqué ainsi : « On n’est pas des menteurs. On va aller vous voir et on va mettre en place des comités de bon voisinage ».

Ce dernier a répété que « des mesures de mitigation » seront mises en place pour atténuer les impacts sur les résidents qui devront vivre avec un tramway passant à proximité de leurs cours arrière. « La Ville va se conformer à son règlement sur le bruit », a promis Rémy Normand.

D’autres citoyens ont réclamé que le tramway se rende jusqu’à l’édifice Marly, de Revenu Québec, à la Pointe-de-Sainte-Foy. Mais M. Normand a de nouveau fermé la porte à cette hypothèse. « Ce n’est pas juste une question de sous, a-t-il répondu. Le ministère du Revenu offre peu de transfert modal. Il y a peu de potentiel d’aller chercher des gens additionnels en dehors des heures de pointe. »

Le numéro deux de la Ville de Québec a ajouté que « notre lit est fait » quant au tracé définitif du tramway. Le dépôt officiel du dossier d’affaires du Réseau structurant, au gouvernement du Québec, doit se faire bientôt, a-t-il confirmé.

Revenu Québec

Dans le même ordre d’idées, Carl Gauthier, PDG de Revenu Québec, a ajouté sa voix à celles qui réclament que le tramway aille jusqu’à Marly.

« C’est avec déception que j’ai constaté que le tracé présenté [la semaine dernière] n’inclut aucun arrêt à l’édifice de Marly, où est situé notre siège social », a-t-il écrit dans une lettre adressée aux employés et datée du 6 juin.

Selon lui, « une offre de service de transport en commun améliorée aurait un effet positif sur la qualité de [leur] expérience employé à l’édifice Marly ».

Le tracé du tramway à Québec n’inclut présentement aucun arrêt à l’édifice de Marly, où est situé le siège social de Revenu Québec.
Photo d'archives Simon Clark
Le tracé du tramway à Québec n’inclut présentement aucun arrêt à l’édifice de Marly, où est situé le siège social de Revenu Québec.

Lancée lundi matin, une pétition demandant à la Ville de Québec de revoir le tracé du tramway a déjà recueilli plus de 1000 signatures.

« Je ne suis pas contre le tramway, mais je constate que nous sommes le dommage collatéral du projet du maire Labeaume », a déploré Pierre Gagné, employé de Revenu Québec et initiateur de cette démarche.

Gosselin veut être entendu

Pierre Gagné a insisté pour dire que les employés de Revenu Québec vont perdre, à terme, les parcours 800 et 801 qui se rendent actuellement jusqu’à Marly.

D’autre part, Jean-François Gosselin, chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, a dit vouloir être entendu par la Commission parlementaire chargée d’examiner le projet de loi (PL) 26 sur le Réseau de transport structurant. « Je sens que les élus [de l’Assemblée nationale] veulent aller très rapidement. Or, la précipitation en politique est la pire conseillère », a-t-il mentionné.

Sarah Bigras, attachée de presse du ministre des Transports, François Bonnardel, a soutenu lundi que « le choix des groupes [a été fait] par les leaders des différents groupes parlementaires. Il ne s’agit pas d’un choix du ministre ».