/opinion/blogs
Navigation

L'urgence pragmatique de François Legault

L'urgence pragmatique de François Legault
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault peut bien se maquiller en vert pâle, certains projets controversés qu’il entend concrétiser nous empêchent de prendre au sérieux son bilan global en matière d’environnement.

Ces projets, émetteurs en abondance de gaz à effet de serre (GES), feraient plus qu’annuler les effets bénéfiques de plusieurs des politiques qu’ils se proposent de mettre en œuvre pour combattre les changements climatiques. On pense particulièrement à la construction du gazoduc GNL QUÉBEC qui traverserait l’Abitibi et la Mauricie jusqu’au Saguenay. Ce gazoduc générerait annuellement près de 8 millions de GES, éliminant ainsi tous les gains réalisés par le Québec à ce chapitre depuis 1990.

              La construction d’un troisième lien routier entre l’est de Québec et l’est de Lévis constitue un autre projet majeur qui serait très nocif pour l’environnement en favorisant l’étalement urbain au détriment des fertiles terres agricoles de l’est de Lévis et du comté de Bellechasse. Ce projet est d’autant plus condamnable qu’il n’améliorerait en rien la fluidité de la circulation des véhicules motorisés dans la région de Québec et aurait plutôt l’effet contraire sur la rive nord dont les autoroutes deviendraient encore plus congestionnées qu’elles ne le sont présentement.

               Par ailleurs, désireux de démontrer qu’un troisième lien à l’est répond à un véritable besoin, le ministre François Bonnardel, même s’il est doté d’un esprit particulièrement retors, est loin d’être convaincant lorsqu’il tente de justifier l’injustifiable avec son interprétation fantaisiste des résultats de l’étude origine-destination des déplacements routiers entre Québec et Lévis qui ont été rendus publics récemment. Ainsi, se retranchant dans son monde imaginaire, il s’est employé à gonfler artificiellement de façon importante le nombre de véhicules motorisés qui emprunteraient un éventuel troisième lien à l’est en prétendant sans rire que les résidents de Saint-Romuald ou de Charny, à titre d’exemples, doivent être considérés comme vivant dans l’est de Lévis, tandis que les résidents de Québec n’habitant pas à proximité des ponts vivraient tous dans l’est de Québec.

              Si l’on devait endosser ces prémisses erronées, on pourrait s’attendre à ce que, par exemple, des automobilistes partant de Charny tôt le matin à destination des Galeries de la Capitale à Québec choisissent de passer par ce troisième lien à l’est pour échapper à la congestion de la circulation à l’approche des ponts sur la rive sud. Or, une fois rendus sur la rive nord, ces malheureux automobilistes se retrouveraient sur l’autoroute Félix-Leclerc dans un embouteillage monstre, au moins aussi hermétique que ce qu’ils avaient voulu éviter sur la rive sud en utilisant le troisième lien à l’est. Ils contribueraient ainsi à rendre encore plus problématique une situation déjà très pénible pour les automobilistes de l’est de la région de Québec (Beauport, Côte-de-Beaupré, île d’Orléans, etc.), et ce, en devant par ailleurs parcourir plus de 40 kilomètres chaque matin pour se rendre à destination. Décidément, le ridicule ne tue pas!

             Bref, on a là un projet insensé d’infrastructure dont l’achalandage ne justifierait en rien un investissement public d’au moins 5 milliards $, mais qui générerait néanmoins suffisamment de circulation additionnelle sur les autoroutes de la rive nord (Félix-Leclerc et Dufferin-Montmorency) pour y réduire encore davantage la fluidité des déplacements des automobilistes qui les fréquentent déjà. Ce sont d’ailleurs eux qui seraient les plus pénalisés par ce projet injustifié et qui devraient par conséquent manifester leur opposition avec le plus de véhémence. Il faut croire que c’est ce que donne «l’urgence pragmatique» du premier ministre Legault.

Louis Duclos,

Ex-député fédéral de Montmorency-Orléans (1974-1984),

Sainte-Pétronille, île d’Orléans

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions