/news/currentevents
Navigation

Deux autres accusés des Pères Maristes reçoivent leur peine

Quatre des cinq accusés purgent maintenant leur peine

Coup d'oeil sur cet article

Deux autres élèves des Pères Maristes accusés de leurre ainsi que de distribution de pornographie juvénile dans la saga du partage des photos intimes ont reçu leur sentence.

D’abord, l’élève qui avait été acquitté d’agression sexuelle a reçu sa peine relativement à trois autres accusations de leurre, possession et de distribution de pornographie juvénile pour lesquelles il avait plaidé coupable. Avant la décision du juge Dominic Pagé, la mère d’une des victimes a tenu à s’exprimer pour dire qu’elle était en désaccord avec le verdict d’acquittement et qu’elle ne l’acceptait pas.

Le juge Pagé avait estimé que l’adolescent de 13 ans croyait sincèrement, mais erronément au consentement de la plaignante lorsqu’il lui touchait les fesses et les cuisses de l’adolescente à l’école. «Oui, ce verdict est décevant, a dit la mère au juge, papa et maman t’ont toujours cru».

Démesuré et malsain

Pour sa part, la mère de l’accusé s’est aussi exprimée devant le juge. «Nous sommes désolés de toute cette histoire», a-t-elle dit de façon posée. Elle affirme cependant que cette saga a «pris des ampleurs démesurées et malsaines» dans un contexte de «banalisation de la sexualisation et des moyens de communication qui nous dépassent».

Elle croit donc que toute cette affaire aurait pu être gérée de manière «plus efficace et moins traumatisante».

L’auteur des rapports prédécisionnels fait dans le but d’éclairer la cour sur les sentences à donner abondait dans le même sens. Pierre Dufour a écrit que d’autres élèves ont aussi «versé dans ce genre de malversation sans être accusés». 

Après une courte délibération, le juge Pagé a imposé au jeune homme une absolution conditionnelle ainsi que 30 heures de travaux communautaires. Il devra également écrire une lettre d’excuse à l’une des victimes tandis qu’une rencontre de conciliation avec des intervenants sera organisée avec l’autre victime qui était «sa meilleure amie».

En après-midi, c’était autour de la juge Judith Landry de rendre sentence pour un quatrième accusé. Outre une lettre d’excuse et une rencontre de conciliation, l’accusé qui avait 12 ans au début des faits devra faire un don de 300$ et 20 heures de travaux communautaires. Une interdiction d’importuner a aussi été émise dans les deux cas.