/sports/soccer
Navigation

Tissot voit enfin la lumière

Le Gatinois est près d’un retour après un an d’absence en raison d’une blessure

Maxim Tissot, alors qu’il portait les couleurs de l’Impact, a repris l’entraînement il y a quelques semaines avec le Fury d’Ottawa.
Photo d’archives Maxim Tissot, alors qu’il portait les couleurs de l’Impact, a repris l’entraînement il y a quelques semaines avec le Fury d’Ottawa.

Coup d'oeil sur cet article

On peut dire que Maxim Tissot revient de loin. Il est à quelques semaines de recommencer à jouer après s’être déchiré le ligament croisé antérieur du genou gauche, il y a presque un an.

C’est un Maxim Tissot calme qu’on a eu au bout du fil lundi. L’ancien membre de l’Impact, qui porte désormais les couleurs du Fury d’Ottawa en USL, a repris un régime d’entraînement léger.

« J’ai recommencé à m’entraîner il y a environ quatre semaines et j’ai subi une légère blessure musculaire à la cuisse. Je devrais recommencer l’entraînement sans contact la semaine prochaine. »

Ce contretemps fait en sorte qu’il ne pourra pas affronter l’Impact lors de la Cap City Cup, qui sera disputée mardi prochain dans la capitale nationale.

« Je visais un retour lors de ce match. J’aurais pu jouer 10 ou 15 minutes. »

Chemin de croix

Tissot a vécu une année 2018 pour le moins frustrante. Il venait tout juste de signer avec le Fury pour effectuer un retour à la maison, lui qui a grandi à Gatineau, de l’autre côté de la rivière des Outaouais.

« Je me suis blessé au quadriceps gauche dès la première semaine de la saison et je venais de revenir au jeu quand je me suis blessé au genou sur une action banale. J’ai joué un total d’environ 75 minutes en trois matchs avant de me blesser. »

Cette blessure est survenue en première demie du match retour du quart de finale du Championnat canadien contre l’AS Blainville. Le calendrier encombré de l’équipe est en partie responsable de la mésaventure du défenseur.

« Quand je suis revenu au jeu, on ne s’entraînait pas parce qu’on jouait tous les trois ou quatre jours et ça n’a probablement pas aidé. »

Du retard

Outre le ligament croisé antérieur, le ménisque et le ligament croisé médial ont aussi été endommagés et réparés lors d’une chirurgie.

La convalescence a été longue et ponctuée d’embûches pour le joueur de 27 ans qui en était à une première blessure aussi sérieuse en carrière.

« Ça s’est plutôt bien passé, mais il y a eu des complications pendant l’entre-saison, ce qui a retardé mon retour au jeu. J’ai mis six mois à retrouver une extension complète, ce qui n’est habituellement pas aussi long. »

Il devra se soumettre à un test de force qui déterminera si son genou est assez fort pour reprendre l’entraînement avec contact et si c’est le cas, il envisage un retour à la compétition d’ici quelques semaines.

Il espère donc pouvoir recommencer à jouer d’ici la fin juin ou le début juillet, mais il ne s’attend pas à amorcer un match avant au moins le mois d’août.

Pas facile

Tissot l’admet sans gêne, la période de rééducation n’a pas été facile pour lui.

« Le gros de la rééducation s’est déroulé pendant l’entre-saison, alors les autres joueurs n’étaient pas là, j’étais tout seul dans le gymnase, je ne me sentais pas très bien là-dedans, il y a eu des moments difficiles.

« Depuis que tout le monde est revenu en janvier, ça va beaucoup mieux. »

Il reconnaît aussi qu’il a été bien entouré, ce qui l’a aidé à traverser cette épreuve.

« Je suis chez moi avec la famille et mes amis, mentalement, c’est plus facile à vivre. Je suis chanceux dans ma malchance. »

C’est quand même pas mal de pouvoir avoir un regard aussi serein sur une blessure qui lui aura fait rater presque deux saisons entières.