/sports/others
Navigation

Un double emploi s’offre à Vincent Plante

L’entraîneur adjoint du Rouge et Or pourrait aussi diriger les Dynamiques

Coach Vincent Plante, Match basket Rouge et Or contre la NCAA, amphitheatre du peps, Quebec, 20 aout 2017. PASCAL HUOT/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI
Photo d'archives, Pascal Huot Comme Jacques Paiement Jr avant lui, Vincent Plante pourrait travailler à la fois avec le Rouge et Or et les Dynamiques de Sainte-Foy.

Coup d'oeil sur cet article

S’il le désire, Vincent Plante sera le prochain entraîneur-chef des Dynamiques de Sainte-Foy et il poursuivra aussi son association avec le Rouge et Or de l’Université Laval.

Retenu en entrevue pour le poste d’entraîneur-chef du programme de basketball masculin du Rouge et Or qui a été attribué à Nathan Grant, Plante fera connaître sa réponse jeudi.

« Il y a beaucoup de potentiel à Québec et il s’agirait d’un beau défi de rebâtir le programme, a mentionné le bras droit de Jacques Paiement Jr au cours des trois dernières saisons et qui s’était joint au programme après la saison 2013 de football. Je considère fortement l’option des Dynamiques et j’ai déjà rencontré les dirigeants du programme. »

Grant souhaite retenir les services de Plante comme principal adjoint. « Si je reste à Québec, je vais probablement faire les deux, a confirmé l’ancien maraudeur du Rouge et Or. Jacques a fait longtemps les deux et les horaires se complètent. Je m’entends bien avec Nathan et je serais à l’aise de rester. J’ai toutefois besoin de prendre du recul avant d’arrêter ma décision. »

Toronto

Actuellement à Toronto où il a retrouvé son bon ami Charles Dubé-Brais, qui occupe un poste d’adjoint avec les Raptors 905 dans l’antichambre de la NBA, là où il vit l’ambiance folle qui enveloppe la ville à la veille d’un match qui pourrait être historique, Plante regarde les options qui pourraient s’offrir à lui dans la Ville reine.

« En basketball, il y a beaucoup plus d’opportunités à Toronto qu’à Québec et Charles utilise ses contacts, a confié Plante. Je rencontre des gens pour m’assurer d’avoir les idées claires pour la suite de ma carrière. »

Déception pour Ségal

De son côté, Éric Ségal garde un goût amer du processus de sélection.

« Nathan est un bon coach, une bonne personne et je n’ai rien contre son choix, mais la façon de faire a été très, très ordinaire, a déploré celui qui était adjoint à Laval au cours des deux dernières saisons et qui a été retenu parmi les six finalistes. Je ne suis pas le seul qui a été échaudé. »

« Que ce soit directement comme adjoint ou indirectement comme entraîneur à Sainte-Foy, je fais du bénévolat pour Laval depuis 15 ans et ce n’est pas une façon de traiter du monde, poursuit Ségal. Je n’ai appris que le mercredi soir l’identité du candidat choisi, alors que la conférence de presse du jeudi était prévue depuis quelques jours déjà et que leur choix était arrêté. Je sais qu’ils voulaient garder la surprise jusqu’à la fin, mais à quel prix ? Je me suis senti comme de la merde. Qu’est-ce que ça aurait changé que Richard Boutin sorte la nouvelle sur Twitter quelques jours plus tôt ? Rien. Alors que ça a changé beaucoup de choses pour moi, de l’apprendre à la dernière minute. »

S’il assure qu’il va écouter si jamais Grant lui donne un coup de fil, Ségal prévoit plutôt donner un coup de main comme adjoint à Plante si l’ancien maraudeur prend les rênes du programme des Dynamiques en remplacement de Davor Kurilic qui est parti il y a quelques semaines.