/sports/hockey
Navigation

Finale de la Coupe Stanley: un rêve de gamin

2019 NHL Stanley Cup Final - Game Six
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | L’amphithéâtre était bruyant. Plusieurs parents et amis se trouvaient sur place. Même les rues voisines du Enterprise Center étaient remplies de partisans qui souhaitaient célébrer la conquête des Blues. Voilà qui a rendu le résultat de dimanche soir encore plus décevant.

Toutefois, rien n’est terminé pour la troupe de Craig Berube. Celle-ci a le luxe d’obtenir une seconde occasion de mettre la main sur la coupe Stanley. Cette chance, qui n’est pas donnée à tous, a permis aux joueurs de l’ancien membre des Flyers de rapidement oublier ce revers.

« Ils sont déjà passés à autre chose, a lancé l’entraîneur des Blues lundi après-midi. Tous les joueurs rêvent d’être impliqués dans un match numéro 7. Ils en ont probablement joué des centaines dans leur tête. »

« Je rêvais d’en jouer un, a raconté Colton Parayko. On s’imaginait plusieurs scénarios. On jouait dans la cour, à l’aréna, sur la patinoire extérieure. On était avec les amis. C’était plaisant. »

Pas de chocolat chaud

Mercredi, le scénario sera assurément différent. Les joueurs des deux équipes n’iront pas boire un chocolat chaud pour se réchauffer en se remémorant les pièces de jeu orchestrées pendant la rencontre, après avoir passé l’après-midi dehors.

Après la poignée de main, les gagnants boiront du champagne dans la vraie coupe Stanley, alors que les perdants se morfondront en regrettant d’être passés si près.

« C’est sûr qu’ils seront nerveux. C’est normal. En fait, en l’étant, ça démontre que tu veux bien faire et que c’est quelque chose qui te tient à cœur, a lancé Berube. Une fois que le match sera commencé, après une ou deux présences sur la patinoire, les papillons s’en iront. À partir de là, tout sera une question d’effort et de travail. »

L’art de rebondir

Les Blues amorceront le match avec la confiance d’une équipe qui connaît du succès sur les patinoires adverses. Depuis le début des séries, ils affichent un dossier de 9-3 loin de St. Louis. Face aux Bruins, ils ont remporté deux des trois premières rencontres disputées au TD Garden.

De plus, Jordan Binnington a l’habitude de rebondir après un revers. Il montre une fiche de 7-2, ce printemps, dans pareille situation. Il a maintenu une moyenne de 1,85 et un taux d’efficacité de ,933.