/news/society
Navigation

Un bâtiment résidentiel érigé au pied d'une falaise inquiète à Lévis

construction falaise Levis
Photo Jean-François Racine Une vue du chantier de construction du bâtiment, au pied de la falaise de Lévis, la semaine dernière.

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle construction résidentielle sur la rue Saint-Laurent, au pied de la falaise de Lévis a fait sourciller plusieurs voisins qui s’interrogent sur la sécurité du terrain où des chutes de roches se produisent à l’occasion.

La question a refait surface au printemps. Comment est-il possible d’obtenir un permis de construire en zone inondable ? Dans la même veine, comment est-il possible d’obtenir un permis de construire dans une zone jugée à risque par plusieurs citoyens de ce secteur de Lévis?

D’énormes blocs de ciment sont d’ailleurs installés à plusieurs endroits notamment en raison des risques d’éboulement.

«C’est pire qu’une inondation parce que les roches peuvent tuer quelqu’un», affirme Jean Déziel, qui habite à proximité.

«Ça m’a surpris. Oui, ça coule, ça coule», a ajouté un autre voisin, qui n’a pas voulu être identifié, en parlant des roches de plus petite taille qui se détachent fréquemment. «Il y en a qui ont peur. À cet autre endroit, il y a déjà eu des roches dans la rue», a toutefois pointé l’homme qui vit au pied de la falaise depuis 1983.

Préoccupant

«Il va creuser avec la machinerie et il va faire tomber des roches. Ça m’inquiète de le voir creuser. C’est friable et il va maganer ça», a aussi affirmé un troisième citoyen, qui habite la même rue depuis plus de 50 ans.

«Je crois qu’il faut dénoncer cette autorisation de construire au même titre que les villes qui accordent des permis dans les zones inondables. Ici, il s’agit d’une zone à haut risque d’éboulis. La Ville se protège en demandant un rapport d’ingénieur au propriétaire, mais à mon avis, elle demeure responsable», croit Gaston Cadrin, fondateur du Groupe d’initiatives et de recherche appliquées au milieu (GIRAM).

Projet conforme

En 2014, une demande de démolition a été acceptée pour un bâtiment en mauvais état à cet endroit. Selon la Ville de Lévis, la demande a toujours été traitée en fonction d’un projet de reconstruction, et non en raison d’une insécurité des lieux.

Le permis de construction a été délivré en février dernier puisque la demande répondait aux exigences, a fait savoir Guy Rodrigue, porte-parole de la Ville de Lévis.

Les propriétaires devaient aussi fournir eux-mêmes les documents nécessaires, produits par un ingénieur, afin que les travaux n’entraînent pas de risque pour la sécurité des biens ou des personnes.

Afin de consulter ce rapport d’ingénieur, la Ville de Lévis a exigé une demande d’accès à l’information.

Deux autres immeubles

Un des propriétaires de l’immeuble en construction affirme qu’il respecte les exigences de la ville.

«On est conscient qu’il y a une falaise et on a fait ce qu’il fallait avec un ingénieur pour être conforme. Le bâtiment est fait de béton armé. C’est à toute épreuve. Ça n’a pas été facile. Il a fallu cinq ans avant d’avoir les permis. C’est très compliqué», a expliqué David Chevalier, qui bâtira ensuite deux autres immeubles sur les terrains voisins.