/news/currentevents
Navigation

La Couronne veut soumettre le pilote des stars à des tests à Pinel

La Couronne estime que le risque de récidive de Normand Dubé est élevé

Coup d'oeil sur cet article

Insistant sur son « caractère vindicatif et revanchard », la Couronne demande que le pilote Normand Dubé soit envoyé à l’institut Pinel pour une évaluation psychiatrique en vue de lui accoler l’étiquette de délinquant à contrôler.  

« Incapacité à contrôler ses émotions », « impulsivité à se contenir lors de conflits même banals et insignifiants », « caractère vindicatif et revanchard », « volonté pernicieuse de se venger »... Normand Dubé mérite une surveillance étroite à sa sortie de prison, croit le ministère public.    

« [Il] use désormais de violence pour en arriver à ses fins et fait courir à autrui ou aux biens un risque important de violence, de dommages ou de destruction », peut-on lire dans une requête déposée hier au palais de justice de Laval, visant à faire évaluer Dubé à l’institut de psychiatrie Philippe-Pinel.    

Cette évaluation a pour but de le faire déclarer délinquant à contrôler, ce qui assurerait une surveillance supplémentaire à sa sortie du pénitencier. Celui qu’on surnomme le « pilote des stars » a été reconnu coupable le mois dernier d’incendies et de harcèlement criminels.    

L’étiquette délinquant à contrôler est plutôt rare pour ce genre de crimes.    

Soif de vengeance  

« Agissant par soif de vengeance », il avait commandé en 2013 et 2014 quatre incendies sur des résidences privées et un véhicule d’employés de l’État, avec qui il était en conflit.    

En décembre 2014, il s’est également attaqué à Hydro-Québec, ciblant des lignes électriques et privant ainsi d’électricité des dizaines de milliers de foyers. Il a écopé en décembre dernier d’une peine de sept ans pour ces méfaits, dont les dommages sont évalués à 30 millions $. Il a depuis porté ce verdict en appel.    

Dubé a « une détermination peu commune [...] pour attendre patiemment l’écoulement du temps » avant de se venger, a un fort mépris pour l’autorité et présente une volonté de nuire aux gens avec qui il est en conflit, selon la requête.    

« Le comportement qui a déclenché les actes criminels est encore présent chez [Dubé] qui se perçoit comme une victime du système et qui est encore aujourd’hui incapable de se contrôler face aux gestes qui lui sont reprochés », déclare-t-on dans le document judiciaire.    

 

Aucune amorce de changement  

Me Steve Baribeau, procureur de la Couronne, a d’ailleurs déposé en preuve hier le documentaire Le pilote des stars réalisé par notre Bureau d’enquête, afin de démontrer son tempérament bouillant, pour lequel « aucune amorce de changement ne plane à l’horizon ».    

Le juge Gilles Garneau entendra les arguments des parties quant à la requête la semaine prochaine. Les avocats plaideront plus tard sur la sentence à rendre, en lien avec les incendies criminels. Me Baribeau a déjà annoncé qu’il comptait suggérer plus de 10 ans de détention, une peine consécutive à celle rendue pour le sabotage des lignes d’Hydro-Québec.    

Différences entre les deux types de délinquants    

À contrôler  

Doit se soumettre à une période supplémentaire de surveillance en communauté, pouvant durer jusqu’à 10 ans.    

Dangereux  

Peut être condamné à l’emprisonnement indéterminé, soit sans connaître le temps minimal à purger. Soumis à une surveillance supplémentaire en communauté, pouvant aller jusqu’à sa mort.