/news/green
Navigation

L’accès au Parc de la Chute-Montmorency demeure gratuit... jusqu’à nouvel ordre

Chute-Montmorency
Photo d’archives, Didier Debusschere

Coup d'oeil sur cet article

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a entendu la grogne des usagers et rétablit l’accès gratuit au parc de la Chute-Montmorency afin de trouver une solution « plus rassembleuse ».

La Sépaq maintient toutefois sa volonté de rendre payant l’accès au site en imposant une tarification individuelle, mais étudie différents scénarios afin d’élargir la gratuité au plus grand nombre possible de résidents de la région de Québec.

« Il ne s’agit pas d’une volte-face », assure le porte-parole de la Sépaq, Simon Boivin.

« Le principe de la tarification individuelle d’accès va demeurer, par souci de cohérence [...] mais une multitude de paramètres doivent être pris en considération quand on considère un nouveau scénario », dit-il.

« Mécontentement »

Le 29 mai dernier, la Sépaq avait annoncé que la tarification basée sur le stationnement serait remplacée par une tarification individuelle de 6,25 $ — contre 8 $ pour les visiteurs provenant de l’extérieur de la province — et familiale de 12,50 $.

Or, devant le « mécontentement » d’une partie de la population, la société d’État revient sur sa décision afin de revoir sa grille de tarification, d’ici le 2 juillet, et répondre aux préoccupations des gens qui accèdent au site à pied, à vélo et en transport en commun.

« On se donne quelques semaines pour bien analyser la situation et accoucher d’un scénario plus rassembleur », précise M. Boivin. Dans l’intervalle, seul le stationnement situé au bas de la chute sera payant.

Compromis « très raisonnable »

La nouvelle tarification devait entrer en vigueur mercredi avant d’être retardée par l’intervention de la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, et du ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour.

Ils ont envoyé une lettre, lundi, au président du Conseil d’administration de la Sépaq, Pierre Dufour, réclamant l’accès gratuit pour tous les citoyens de la grande région de Québec.

« Aller chercher l’argent des touristes, entre nous, c’est une bonne chose. On ne travaille pas pour les touristes, mais bien pour la population avant tout, même si les touristes sont les bienvenus. C’est pour la population qu’on veut d’abord et avant tout maintenir la gratuité. Je crois que c’est un compromis très raisonnable », a réagi Mme Guilbault, mardi.

— Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron