/opinion/blogs
Navigation

L'homme des pailles

Trudeau marchera-t-il sur l'eau?

L'homme des pailles
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Ça doit être la fête au Liberal Party of Canada. Avec Chevy Chase dans le rôle du PM, l’automne prochain sera une interminable rigolade. Surtout que Straw Wars, la guerre des pailles est lancée.   

Il est tellement drôle, tellement comique, tellement talentueux, le Trudeau du Canada, qu’il pourrait être porte-parole du ministère des Transports, là où ceux qui arrivent en retard croisent ceux qui partent avant l'embouteillage...  

Du genre de ceux capables de dire en direct à la télé que les ponts se balancent dans le vent et que si l’asphalte floconne, c’est n’est pas à cause de sa piètre qualité ou de l’incompétence qui caractérise les travaux publics... C'est la vie avec un grand VIDE.  

L'homme des pailles
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

On atteint le nirvana quand l'Hyperbole du Canada se pointe au lutrin pour expliquer comment lui-même et sa suite ont réduit leur consommation de plastique: là, on se bidonne, littéralement, on se tape sur les cuisses, comme quand il parle de déficit, de libre-échange ou de génocide.   

On refait jouer l’extrait sur You Tube, on partage, on sème la joie dans l'espace... Les Marsiens se roulent par terre. C'est la Soirée canadienne en version interstellaire... Trudeau is on around the universe and beyond...  

Ah, que le Canada est rigolo, et en ces temps tristounets, n’est-il pas heureux d’être dirigé par un bienheureux, pas agité du tout du bocal?  

Justin, le généreux Chouchou de Radio-Canada, est plus comique que le boss de la Fédération des femmes du Québec qui appelle à la castration des jeunes Québécois. Vasectomie pour tous! Allez hop! On servira les couilles de douchebags aux militants Orangina! Que des couilles de gauche en salade végane!  

Il n’y a qu’ici pour qu’une telle insignifiance, une telle violence sexuelle, s’exprime sans coup férir; remarquez que l’État québécois n’en est pas à une incongruité près... On subventionne la marche à pied et les sorcières sans balai...  

L'homme des pailles
Photo Chantal Poirier

Mais c’est quand il écoute l'Homme des Pailles que le contribuable moyen estime en avoir pour son argent. Hilarant, ce spectacle du gouvernement fédéral dont la tournée achève d’épuiser les joues, les gencives et les abdos des castrés et des incontinents...  

Quand le Comique en chef parle de plastique, c’est comme s’il soufflait dans un ballon mais ce n’est pas le ballon qui gonfle...  

Il raconte la bouteille, la boîte, l’eau de la bouteille, l’eau in the paper box, l’eau dans le papier, l’arbre dans ses feuilles, alouette, gentille alouette et l’eau dans vos couches jusqu’au prochain rapport d’impôt...  

Ce n’est pas un PM qui fait campagne à nos frais depuis des mois, c’est un humoriste. C’est le Festival du rire en cane libéral. Une farce n’attend pas l’autre. On pouffe de rire d'un océan à l'autre. On s'arrache les amydales à force de se tirebouchonner les entrailles.  

Déjà qu’avec les promesses faites à la Davie, on était plié en deux, de Lévis à Montmagny. Avec le tramway de Québec, Trudeau et Champagne nous ramèneront là où avaient laissé Ding et Dong... Mon toué là! 

Et voilà que le propriétaire du pipeline Trans Mountain marchant sur les eaux de la rectitude, parlant plastique, pailles et bouteilles d’eau, comme si on s’apprêtait à lancer une mission interplanétaire vers Mars ou Vénus.  

Même Carbon Tax McKenna ne peut tirer quelque tangibilité du vide de l’action gouvernementale libérale. Même les idées sont déficitaires au guichet du prêt-à-penser...   

La Diana Krall Écolo fait toutefois une superbe imitation de son maître en alignant des évidences de manière à susciter la sympathie. Certains applaudissent comme des chiens de Pavlov sans trop savoir pourquoi, sans comprendre ce qu’a dit la blonde qui quitte la scène en faisant des bebye comme une reine du carnaval...  

L'homme des pailles
Photo d'archives, Boris Proulx

Même les sondages indiquent maintenant qu’on a suffisamment rigolé. Même Champagne, le préposé au vocabulaire, n’y pourra rien. Trop tard.  

Même dans la Belle province de gauche, les conservateurs sont premiers. Le plus extraordinaire, c'est que presque personne en parle. C'est comme un secret, populaire et paradoxal...   

On comprend que n’est pas le genre de choses que mettent en évidence les sondeurs locaux mais c’est un fait documenté... Les bleus sont devant les rouges, indéniablement.   

Qu’Andrew Sheer soit en avance n’est toutefois pas diffusé outre-mesure, sans doute en vertu d’un étrange parti-pris envers les perdants...   

Peut-être espère-t-on que le peuple finira par ignorer ses propres convictions. Qu’il votera pour le PLC, le NPD ou les Adventistes du Septième Bloc... On lui épargne donc les informations qui le mettraient du côté du pouvoir. On le tient en laisse...  

Mais le peuple a l'instinct du tout-puissant et se rassure en silence.  

Un peu selon les mots de Georges Courteline, le pourfendeur des bureaucrates: «Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet»...