/news/politics
Navigation

La CAQ définit les signes religieux interdits

La CAQ définit les signes religieux interdits
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Après s’y être opposé, le gouvernement Legault définit les signes religieux qui seront interdits aux employés de l’État en position d’autorité.  

Le ministre Simon Jolin-Barrette a présenté mardi des modifications à son projet de laïcité de l’État.  

«Est un signe religieux tout objet, notamment un vêtement, un symbole, un bijou, une parure, un accessoire ou un couvre-chef qui est soit porté en lien avec une conviction ou une croyance religieuse, soit raisonnablement considéré comme référant à une appartenance religieuse», précise l’amendement déposé.  

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du bureau parlementaire au Journal de Montréal et au Journal de Québec, à QUB Radio:

Énumération pas exhaustive  

Le ministre de la Diversité et de l’Inclusion a précisé que cette énumération n’est pas exhaustive, que d’autres symboles peuvent également exprimer une conviction religieuse.  

M. Jolin-Barrette présume de la bonne foi des fonctionnaires visés pour que cette disposition soit respectée. « La personne, si elle considère cet objet-là [qu’elle porte] comme un signe religieux, elle ne le portera pas parce qu’elle se conformera à la loi », a-t-il insisté.  

La députée libérale Hélène David déplore que des « milliers » de Québécois qui portent par exemple une petite croix au cou en souvenir d’un parent devront s’en séparer ou changer d’emploi.  

«Cette enseignante de 50 ans qui la porte depuis 40 ans cette croix, ou 30 ans, ne pourra pas changer de commission scolaire si elle n’est pas capable même émotivement de se séparer de sa croix», a signalé la députée de Marguerite-Bourgeoys.  

«Geste d’ouverture»  

Plusieurs groupes réclamaient une définition claire des symboles religieux qui seront bannis dans le cadre du projet de loi 21, qui interdira aux juges, policiers, gardiens de prison, procureurs de la Couronne et enseignants d’afficher leurs convictions religieuses.  

Le ministre soutient qu’il s’agit d’un compromis de sa part. «Bien que je considère qu’il ne soit pas nécessaire de définir ce que constitue un signe religieux, dans un geste d’ouverture et faisant preuve de sensibilité aux arguments soulevés par les collègues de l’opposition et par rapport aux gens qui sont venus en commission parlementaire», a-t-il dit.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions