/entertainment/music
Navigation

500 000 enregistrements disparus lors d’un incendie chez Universal

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 500 000 enregistrements uniques et originaux se seraient envolés en fumée lors d’un incendie survenu le 1er juin 2008, dans les locaux de Universal Music, dans la vallée de San Fernando, en Californie.

Des chansons d’Aretha Franklin, Elton John, Aerosmith, R.E.M., The Police, Nirvana, Eminem, Tom Petty et autres pointures importantes de la musique, auraient été détruites à tout jamais, rapporte le New York Times Magazine.

L’incendie avait détruit une partie des installations de Universal Studios Hollywood, dont un parc d’attractions consacré à King Kong et une voûte qui contenait de vieux rubans vidéo et des bobines de film.

Le reportage, publié dans les pages du New York Times Magazine, a révélé que l’incendie avait aussi fait d’autres dommages. Une bibliothèque contenant des bandes maîtresses appartenant à Universal Music Group se trouvait dans ladite voûte.

La perte de ces 500 000 enregistrements n’avait jamais été révélée, à l’époque, par Universal Music.

Le New York Times Magazine qualifie ce sinistre comme étant le plus grand désastre dans l’histoire de l’industrie musicale.

Parmi les documents sonores perdus à jamais, on retrouve des enregistrements de Billie Holiday, Louis Armstrong, Bing Crosby, John Coltrane, Aretha Franklin et plusieurs autres. Les bandes maîtresses de At Last, d’Etta James, et Rock Around the Clock, de Bill Haley & His Comets et tout le catalogue de Buddy Holly seraient du lot.

Inexactitudes

Du côté des artistes plus récents, on retrouve des bandes maîtresses des Eagles, de Sonny and Cher, Aerosmith, The Police, Sting, R.E.M., Eminem, Nirvana, Beck, No Doubt et autres.

Les bandes maîtresses sont les enregistrements originaux utilisés pour la fabrication des CD, vinyles, fichiers numériques et autres formats.

Universal Music Group a réagi en indiquant, sans aller plus loin pour des raisons légales, que le reportage du New York Times Magazine contenait des inexactitudes et que la préservation de la musique avait toujours été une priorité absolue.