/qubradio
Navigation

Crise des médias: Marwah Rizqy en fait une question fiscale

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – La crise des médias est une question de justice fiscale, selon la porte-parole libérale en matière de stratégie numérique, Marwah Rizqy.

«Lorsque des entreprises comme Facebook font 2 milliards de revenus publicitaires, mais qu'il y a zéro dollar qui s'en va dans les coffres de l'État, il y a un problème», a-t-elle déclaré au microphone de l'émission Là-haut sur la colline à QUB radio, mercredi.

La députée de Saint-Laurent a déploré l’iniquité fiscale entre les médias traditionnels et les géants du web.

«En ce moment, Amazon frappe de façon intense aux portes du gouvernement pour avoir le plus gros contrat, celui d'être la personne toute désignée pour gérer et contrôler les données des Québécois. Pendant ce temps-là, ils ne payent pas d'impôts, demandent des subventions et des congés de taxes. Mais ils ne sont même pas capables de payer une cenne d'impôt québécois», une affirmation qui a fait réagir fortement l'animateur Antoine Robitaille.

«Oui c'est révoltant, a-t-elle répliqué, c'est pour ça que, oui, il faut légiférer et j'en fais une question fiscale.»

Quant à sa position sur la création d'équipes sportives québécoises à l'international, Mme Rizqy répond ceci: «Tout ce qu'on peut faire pour faire rayonner le Québec, on doit le faire.»

  • ÉCOUTEZ Marwah Rizqy, députée libérale de Saint-Laurent à QUB radio:        

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions