/news/politics
Navigation

Difficultés financières: Fitzgibbon a bon espoir de sauver la mine de diamant Stornoway

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – La mine de diamant de l’entreprise Stornoway, dans le Nord-du-Québec, «vit présentement une turbulence financière assez intense», mais le ministre de l’Économie soutient qu’il est encore possible de la sauver.

 «Le Journal de Montréal» révélait mercredi que la mine Renard ne valait plus que 30 millions $, alors que le gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt y ont investi quelque 500 millions $ au cours des dernières années.

«On se donne deux mois pour trouver une solution, à défaut de quoi on va faire d'autre chose», a indiqué le ministre Pierre Fitzgibbon, au Salon bleu, sans préciser ce à quoi il faisait référence par «autre chose».

«Si on change les structures financières, on a une chance de pouvoir sauver la mine, ce que nous voulons faire», a-t-il ajouté.

Le ministre Fitzgibbon dit avoir comme objectif de sauvegarder les emplois de la mine Renard et de protéger les montants investis par le gouvernement du Québec.

Il a par ailleurs précisé que l’aide gouvernementale de 16,1 millions $ qu’a récemment obtenue l’entreprise était «de l'argent qui [était] déjà dans Stornoway, dans un fonds de réserve». «Il n'y a pas de nouvel argent», a-t-il dit.

Pour leur part, le Parti québécois et Québec solidaire ont soulevé des doutes quant à la décision du gouvernement d’investir de nouveau dans l’entreprise.

«Investir autant d'argent des contribuables dans des projets aussi risqués, sans garantie et sans prévisibilité, c'est du «gambling», pas du développement économique», a commenté la députée de QS, Émilie Lessard-Therrien.

«Le gouvernement a encore allongé de l’argent : qu’est-ce qui va rester au bout du compte?», a indiqué le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, qui a qualifié cette mine «d’échec du Plan Nord».