/investigations
Navigation

Investissement Québec fait du ménage dans sa haute direction

Coup d'oeil sur cet article

À la veille du dépôt d’un projet de loi qui doit restructurer Investissement Québec, un grand ménage a été amorcé hier dans sa haute direction, a appris notre Bureau d’enquête.

Au total, au moins quatre personnes sont touchées par les changements, qui ont fait l’objet d’une communication aux employés de la société d’État, pendant l’après-midi.

Selon les informations disponibles, confirmées par deux sources proches du dossier, la restructuration visait principalement à regrouper des vice-présidences par l’entremise de rétrogradations.

Premier vice-président à la gestion des mandats et programmes gouvernementaux, Paul Buron relèvera désormais d’un de ses collègues. Il se retrouve sous l’autorité du premier vice-président aux services financiers aux entreprises, Alexandre Sieber. Le titre exact que conservera M. Buron n’a pas été précisé.

Deux autres membres de la haute direction ont également été rétrogradés. Vice-président à la gestion des risques, Yves Bourque travaillera désormais dans les services du premier vice-président à la direction financière, Christian Settano. Il n’a pas été possible de contacter M. Bourque hier.

DÉMISSION

Mirabel Paquette, vice-présidente aux communications, a quant à elle démissionné après avoir refusé sa rétrogradation. La semaine dernière, dans une entrevue à notre Bureau d’enquête, Mme Paquette avait pourtant déclaré n’avoir aucune intention de quitter ses fonctions.

« On a une nouvelle structure qui s’en vient, mais mon nouveau PDG m’a confirmée dans mes fonctions », a-t-elle dit en niant être en train de négocier ses conditions de départ.

Il n’a pas été possible de contacter Mme Paquette hier.

Selon une de nos deux sources, un directeur a également été mis à pied dans cette vague de changements.

RESTRUCTURATION

Notre Bureau d’enquête a révélé fin mai que le ministre de l’Économie préparait un projet de loi pour restructurer Investissement Québec.

Selon deux syndicats dont les employés ont été informés des changements à venir, M. Fitzgibbon fusionnera notamment une partie de son ministère avec la société d’État, dont la vocation est le développement économique.

M. Fitzgibbon a convoqué aujourd’hui une conférence de presse, qui devrait vraisemblablement suivre le dépôt du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Ces changements qui surviennent ont débuté par la nomination par le gouvernement d’un ami et ex-associé de M. Fitzgibbon, Guy LeBlanc, au poste de président-directeur général d’IQ, en avril.

-Avec la collaboration de Patrick Bellerose, Jean-François Gibeault et Yves Daoust